Portrait du capitaine Bérénice

vendredi 8 mars 2024

Le capitaine Bérénice nous raconte son quotidien en tant que pilote au sein de l’escadron d’hélicoptères 1/44 de la base aérienne Ventiseri-Solenzara.
Dès l’adolescence, le capitaine Bérénice avait une ambition, celle de devenir pilote d’hélicoptère. « Après ma classe préparatoire à La Flèche, mon but était d’intégrer l’École de l’air, mais une inaptitude médicale ne m’a pas permis de concrétiser mon souhait. » Un coup dur, mais, optimiste et ambitieuse, elle trouve une autre solution pour atteindre son but ultime, celui de voler. Après avoir intégré l’armée de l’Air et de l’Espace en 2008 en tant que monitrice simulateur de vol, elle retente sa chance en 2011et devient élève-officier du personnel navigant (EOPN). « Après avoir réussi les tests de sélection, j’ai commencé ma formation au sein de l’École de l’aviation légère de l’armée de Terre (EALAT) à Dax, puis au Luc, et ensuite au Centre d’instruction des équipages hélicoptères (CIEH) de la base aérienne 115 d’Orange. » C’est en 2015, à l’issue de sa formation, que le capitaine Bérénice est affectée sur Fennec, au sein de l’escadron 5/67 « Alpilles » de la base aérienne 115.

Depuis 2021, elle survole la Corse à bord de son Puma. « Au sein de l’escadron d’hélicoptères (EH) 1/44 de Solenzara, mon quotidien ne connaît pas la routine et c’est appréciable. » Si elle effectue près de 200 heures d’entraînement en vol par an et que le trio briefing-vol-débriefing rythme sa semaine, le capitaine Bérénice assure d’autres missions qu’elle prend à cœur. En tant qu’officier sécurité des vols (OSV), elle veille à la bonne application des règles de sécurité aérienne au sein de l’escadron. Elle apprécie également être officier traditions de l’escadron et contribuer à faire vivre l’amicale de l’EH, une association loi 1901.

Sportive et sereine, cette mère de famille de jeunes jumeaux est comblée dès qu’elle est à bord de son hélicoptère. « Régulièrement, je prends le temps d’apprécier la chance que j’ai d’être en vol. C’est important de se le rappeler. » Au sein de l’EH, les Puma assurent des missions de recherche et de sauvetage (SAR) de personnes en détresse, sur terre et en mer, ainsi que des évacuations sanitaires (EVASAN). « Je me souviendrai toujours de la tempête du 18 août 2022 où j’ai effectué plusieurs évacuations de personnes bloquées sur leur voilier, en mer. Les communications radio étaient quasiment impossibles. À bord, nous avions que très peu d’infos, c’était digne d’une situation apocalyptique.  » C’était la première fois de sa carrière que le capitaine réalisait autant de sauvetages en une journée. « Une journée riche en adrénaline », se remémore-t-elle.

Prochainement, elle aura le privilège de représenter, à l’échelle nationale, l’armée de l’Air et de l’Espace en qualité de gardien de la flamme olympique lors les Jeux olympiques et paralympique de Paris 2024. Une belle expérience qu’elle s’apprête à vivre de mai à juillet.

Son dernier mot pour une future ou jeune Aviatrice : « La motivation et la détermination sont les clés de la réussite. Si tu as envie de devenir pilote, fais-le. Fonce ! Ne t’arrête pas sur le fait d’être une femme ! » Source : defense.gouv.fr

 Cliquez icipour écouter l’interview sur radiofrance.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.