Le secours en montagne héliporté en deuil

Vendredi 21 mai 2021

Alain Iglesis dans le hangar de la DZ des Bois en 2018 - Photo Quentin IglesisIl y aura trois ans exactement, à l’occasion du 60ème anniversaire du PGHM, je n’avais pu m’empêcher de me rendre sur la DZ des Bois que j’avais quittée en 1995. Je n’avais qu’une intention, regarder de loin le changement effectué depuis tout ce temps avec la construction des nouveaux bâtiments. Mais à ma grande stupéfaction, il m’a semblé reconnaître encore l’un de ces sauveteurs avec qui j’avais effectué mes toutes dernières missions dans ce massif chamoniard.

Je ne mettais pas trompé, quand à son tour il m’aperçut, il n’hésita pas un instant pour m’inviter à pénétrer et à visiter les nouveaux locaux.

Alain Iglesis devant la vénérable Alouette 3 F-MJBM dans le hangar de la DZ des Bois en 2018 - Photo Quentin IglesisTant de souvenirs sur nos missions effectuées ensemble au cours des années 80 et 90, nos réussites, nos joies et nos tristesses alimentèrent nos discussions.
Le chamboulement total de l’ambiance de travail par rapport à cette époque fut évoqué aussi…

Finalement, grâce à l’une de ses dernières présences sur ces lieux, où il m’évoquait son départ imminent à la retraite, il venait de me faire connaître un moment inoubliable totalement inespéré.

Alain Iglesis à bord de l'EC 145 Choucas 74 sur la DZ des Bois - Photo IglesisAujourd’hui, Alain IGLESIS, cet homme aux centaines de secours héliportés nous a quittés. Il s’était porté tant de fois au secours des autres avec un courage exemplaire, et j’étais parmi les mieux placés à bord de l’hélico pour en témoigner. Mais cette fois, il n’a pu lui-même être secouru. Certes, il en avait déjà connu des déboires dans l’exercice de sa profession et de sa passion pour la montagne. Rien ne pouvait cependant l’empêcher d’y retourner régulièrement, il y laissera la vie.

Que donner de plus à ce que l’on a tant aimé.

Francis Delafosse
MOB retraité Sécurité civile
Alain Iglesis alias "Julio" - Photo Iglesis
Cliquez ici pour en savoir +.


Voir ci-dessous le témoignage de Pascal Brun, pilote CMBH et du PGHM

Commenter cette brève Répondre à cette brève

3 Messages

  • Le secours en montagne héliporté en deuil 21 mai 11:44, par Mathelin yves

    Merci pour ces témoignages touchants mon cher Francis et mon cher Pascal. Que dire après la perte de ce monument du secours, de gentillesse, d’humilité, de discrétion. Nous sommes tous abasourdis par cette triste nouvelle et avons du mal à imaginer ne plus le revoir. Il avait traversé quasiment plus de trois décennies au sein du secours en montagne dans le Mont-Blanc. Ses nombreuses ascensions et les secours dangereux effectués aux quatre coins du massif durant toutes ces années auraient pu déjà l’emporter. Les alertes de "la grande faucheuse" qu’il avait vécues là-haut, n’avaient pas altéré son incommensurable attirance pour la montagne. Devenu handicapé suite à un accident en montagne, il s’était proposé de m’aider et de m’accompagner depuis deux ans pour assurer ma sécurité hors piste aux Grands Montets alors que nous avions travaillé ensemble durant 9 ans au PG de Cham (1980-1989. De là où te trouves, mon cher Julio, sache bien que nous ne t’oublierons jamais et je suis profondément peiné d’avoir perdu un de mes rares amis.
    Mataf

    repondre message

  • Le secours en montagne héliporté en deuil 21 mai 16:19, par Saffioti Vincent

    Quelle tristesse d apprendre la disparition d un si grand montagnard et d’un si efficace secouriste.... en parcourant mes carnets de vol je relis un bon nombre de secours effectués avec mon cher" Juglio" et parfois des sacrés "costauds" ..avec ton professionnalisme et ta bonne humeur toujours de mise , cela se finissait toujours bien. tu manques deja beaucoup a cette famille du secours et de la montagne....mes pensées vont à tes proches a qui j adresse toutes mes condoléances .

    repondre message

  • Le secours en montagne héliporté en deuil 22 mai 16:38, par LE GAC MICHEL

    Bel hommage qui nous fait toucher du doigt la passion des gens du secours en montagne.
    Cette dernière, frustrée des vies qu’ils ont sauvées de ses rocs, séracs et crevasses, a repris un des ces "Saint Bernard" pour qu’il ne fasse plus qu’un avec elle.

    Michel LE GAC

    repondre message