Vol au-dessus de l’Ile de Ré en hélicoptère Mosquito

Vendredi 4 juillet 2014

Après cinq ans de montage, l’hélicoptère Mosquito XEL de Planète Sports et Loisirs est enfin prêt à voler au-dessus de l’Île de Ré !
Pilote : Michaël Morin

...
29-08-2014
L’entrepreneur du ciel rétais Michaël Morin
Michaël Morin a fabriqué lui-même son hélicoptère Mosquito XEL équipés de flotteurs 17-XW. Plus de 2 000 heures de travail ont été nécessaires - Photo © Planète Sports et LoisirsAprès le premier paramoteur biplace électrique au monde, Mickaël Morin a construit un petit hélicoptère qu’il présente aujourd’hui au salon international de l’ULM.
Dirigeant de Planète Sports et Loisirs à Loix, de la boutique Neaud-Morin, aux Portes, professeur de kite-surf, de paddle ou encore pilote d’ULM et d’hélicoptère, Michaël Morin pratique plus d’une dizaine de métiers. Cet hyperactif, qui travaille 15 heures par jour tout au long de l’année, a terminé la conception d’un hélicoptère ULM en juin, et il le fait voler depuis plus d’un mois.

Un hélicoptère unique
Après avoir conçu un paramoteur biplace électrique unique au monde, Michaël Morin a enfin pu terminer ce projet entrepris il y a cinq ans. Il présente d’ailleurs son hélicoptère, peu commun en France, aujourd’hui lors du salon international de l’ULM à Blois, dans le Loir-et-Cher.

« J’ai acheté un kit qui permet de fabriquer cet hélicoptère. Mais rien n’était prémonté, il a fallu que je m’occupe de tout. J’’ai été aidé pour le câblage électrique et la peinture, explique cet originaire de La Rochelle. J’’ai totalisé plus de 2000 heures de travail. Mais j’ai été lent, car les mesures sur la notice étaient en américain, en pouce et en pieds », poursuit ce Rétais de 42 ans.

En parallèle, le dirigeant de Planète Sports et Loisirs a dû passer ses brevets de pilote, afin d’être autorisé à voler sur son engin. Un engin qu’il fait décoller de sa piste d’aviation homologuée, à côté de son magasin de Loix. « Le premier vol était compliqué, j’ai découvert la machine en l’air. Et il a fallu s’adapter au pilotage, qui est complètement manuel », analyse le concepteur.

Grâce à ses objets volants, Michaël Morin peut admirer la nature rétaise et ses alentours « vus du ciel ». Et il en fait profiter les autres. De mars à octobre, lorsque le temps le permet, il embarque des personnes dans son paramoteur électrique biplace.

Une vue imprenable sur l’île
« Ce qui est génial, c’est lorsque je coupe le moteur et que l’on finit le vol au parapente. Il n’y a pas un bruit et on a l’impression de voler comme un goéland. La vue sur le banc du Bûcheron, la Vendée ou encore Oléron est magnifique , raconte-t-il. Mais, à cause de l’ ;autonomie, on ne peut voler que 20 minutes par jour. Et je ne peux pas embarquer des gens de plus de 85 kilos. Je souhaiterais améliorer cela en utilisant un moteur thermique, mais ça va prendre du temps et coûter de l’argent. »

Passion des avions
La passion de voler, Michaël Morin l’a découverte à l’âge de 5 ans, lorsqu’il faisait ses premières maquettes d’avion. « J’ai toujours voulu voler, mais personne ne partageait cette passion dans ma famille. Puis j’ai connu Christian Neaud, mon beau-père. Il m’a dit qu’il volerait lorsqu’il serait à la retraite. Malheureusement, il est décédé avant et n’a pas pu réaliser son rêve. Alors, je me suis dit qu’ ;il ne fallait plus attendre. Et aujourd’hui, je peux voler », raconte ce dirigeant d’entreprise qui doit concilier toutes ses activités.

Celui qui est aussi chef de centre adjoint des pompiers d’Ars aimerait que son paramoteur et son hélicoptère soient mis à disposition de la Communauté de commune et des pompiers, « afin de voler utile ». Car Lionel Quillet, maire de Loix et président de la Communauté de communes, soutient depuis le début les projets d’aviation de Michaël Morin. Source

Cliquez ici pour en savoir plus.
...
15-11-2015 rediffusé le 04-06-2016 - Reportage sur TF1 "4 saisons sur l’île de Ré"
Mosquito avec flotteurs à partir de 58mn 42sec ici

Commenter cette brève Répondre à cette brève