Coupe Icare 2015 : Les Hélicos à la rescousse

Jeudi 14 janvier 2016, par Patrick // Patrick Gisle

0 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]


Pour sa quarante-deuxième édition les 19 et 20 septembre derniers, Affiche de la 42e Coupe Icare 2015 la Coupe Icare, la plus mythique des manifestations de vol libre et d’engins volants en tous genre, a été perturbée par un intrus indésirable : le vent.
Cela en fut d’autant plus regrettable que le soleil était de la partie, tout comme la foule venue une nouvelle fois nombreuse profiter des animations aériennes et terrestres du fameux site isérois de Lumbin - Saint-Hilaire-du-Touvet.
C’est bien sur l’activité la plus sensible aux turbulences, le parapente, qui a en souffert le plus : L’attraction phare et mondialement réputée, l’Icarnaval, le concours de déguisements volants, n’a malheureusement pu avoir lieu les deux après-midi du week-end, fait rarissime.

Déjà dès le samedi matin, les vols libres furent très délicats et le spectacle aérien réduit à peu d’évolutions. L'EC 130 B4 F-HFRN d'Héli-Challenge - Photo © Patrick GISLEQuand la direction des vols pris la décision d’annuler le concours en début d’après-midi, il était trop tard pour décaler le programme des démonstrations motorisées d’ULM et d’avions qui suivaient.

Il y avait bien le balai de l’hélico effectuant des baptêmes, comme tous les ans, mais cela ne suffisait pas à meubler l’absence d’engins légers et farfelus dans le ciel. Le spectacle ne manquait pourtant pas d’intérêt, enfin pour les fans de rotors, car la société JN’Air, prestataire depuis des années avait affrété le beau B4 d’Héli-challenge piloté par le talentueux et sympathique Christian Jacquot. Jean Roussot et son EC 120 Colibri F-GYVE dans ses œuvres - Photo © Patrick GISLE Bien entendu, on retrouvait au guichet la famille de Jean Roussot dont le Colibri à la belle robe cuivrée n’était pas loin.

Il a donc fallu pour tout le monde attendre 16 heures le samedi pour que le programme reprenne son cours avec les engins mécaniques. Une démonstration de l’EC 145 de la Sécurité civile du Versoud était attendue par le public de Lumbin. Sauf que nouvelle déconvenue : son annulation est annoncée au micro pour cause de secours en cours ! Qu’à cela ne tienne, Jean Roussot sauta dans son EC 120 et vint faire un show de remplacement juste devant le public. Il ne ménagea pas sa peine et fit pleinement démonstration de son talent et des capacités de sa machine sous les applaudissements.

Sylvain Moisseron et son Kompress CH7 - Photo © Patrick GISLEAprès les largages de parachutistes, on retrouva comme l’an dernier les démonstrations d’autogyre de Stéphane Pégaz dans son DTA fermé « J-Ro » et d’hélico Classe 6 avec Sylvain Moisseron dans son Kompress CH7.

Sylvain, directeur de l’école Parapente Hélico Service basée au col du Sapenay au nord d’Aix-les-Bains et à Lavours en bord du Rhône dans l’Ain est instructeur de quatre classes d’ULM : le paramoteur, le pendulaire, le multi axe et l’hélico en plus d’être moniteur de parapente réputé depuis des années. Après une longue montée et une attente interminable, il fit des évolutions applaudies devant les publics des deux aires de décollage le long du plateau de Saint-Hilaire. A la suite d’une descente rapide, il fit ensuite une prestation remarquée à Lumbin où lui avaient été préparés des exercices de maniabilité inédits : Il dû d’abord faire avancer un ballon entre des cônes de chantier au souffle de son rotor. Bien que moins simple qu’il n’y parait, il réussit assez rapidement. Ensuite, il dut chavirer les cônes avec un patin, ce qui fut aisé. Par contre le dernier exercice consistant à relever un des cônes fut beaucoup plus corsé. Après plusieurs tentatives, y compris en changeant de place et après un combat acharné avec son cyclique, il y parvint sous un tonnerre d’applaudissements et malgré sa position en place arrière. Quand on a déjà fait du Kompress en place avant avec l’instructeur dans le dos, on peut dire bravo l’artiste !

Le dimanche, l’intrus indésirable était toujours là et l’organisation ne put se permettre d’avoir à nouveau un gros trou dans le programme. L'Alouette 2 SA318 bleue N318NH pilotée par Christian Duverney - Photo © Patrick GISLEAu vu des conditions et prévisions météo, la décision d’annuler l’attraction costumée phare fut prise dès 11h30 avec l’avancement du programme des démonstrations motorisés de 2 heures. La déception fut grande pour les milliers de personnes présentes et pour tous les acteurs de la manifestation.

C’est alors qu’une patrouille inédite de trois hélicos hétéroclites pointa ses pales : Un hélico ULM Dynali H3 blanc, une Alouette 2 SA318 bleue et un Robinson R22 noir !
C’est en fait Alex Prévost de l’école Heli Axe d’Albertville qui arrivait à bord de son Dynali pour faire une démonstration programmée à 16h50 accompagné de deux amis visiteurs privés ayant demandé l’autorisation de venir par les airs quelques jours avant.
Face à l’arrivée de cette formation sympathique, Louis Collardeaux, le directeur des vols, eu la bonne idée de leur demander s’ils pouvaient faire un passage au-dessus de "l’attéro" Premier passage demandé à la patrouille au-dessus du site de Lumbin (Photo prise depuis le R22 Beta II - Photo © Patrick GISLE de Lumbin, avant d’aller se poser sur le terrain ULM temporaire, situé à deux pas. Les trois acolytes acceptèrent de bon cœur et s’exécutèrent en gardant un espacement important et une liaison radio permanente. Le succès de leur passage improvisé entraîna une seconde demande : "Pourriez-vous aussi monter faire un passage aux décos ?" Il y a en effet deux décollages sur le bord du plateau à 900 m et donc deux sites de spectateurs. Après ré-intégration dans une longue "vent arrière" le long de l’Isère vers Grenoble, voilà donc nos trois compères partis pour une ascension à 50 nœuds en flan de falaise, le H3, le moins rapide en leader. Le vent qui était problématique pour les voiles légères ne le fut aucunement pour les appareils qui firent un aller-retour devant le public Alex et son Dynali H3 en vol falaise - Photo © Patrick GISLEdu plateau privé de spectacle depuis le matin et donc plutôt content de cet imprévu.
Après un regroupement en vallée au nord de la ville de Crolles, les trois machines refirent un passage en formation un peu plus rapprochée au-dessus de leur terrain de destination cette fois pour en prendre les paramètres avant de se représenter en 1 + 2 bien décalés pour se poser. Une magnifique expérience pour tous les trois récompensée par un "Merci, magnifique les gars !" à la radio.

A quatorze heure quinze, la Sécurité civile n’étant toujours pas disponible, secours oblige, Jean Roussot remit son costume de chevalier et nous fit à nouveau une splendide démonstration avec son fidèle destrier EC 120. Il dut exécuter des figures mimées par deux animatrices au sol, un peu comme deux dompteuses. La prestation fut réussie et agrémentée de quelques belles manœuvres supplémentaires avant de céder la place aux autres acteurs motorisés.

Stéphane Pégaz et son autogyre DTA fermé "J-Ro" - Photo © Patrick GISLEAprès les largages de parachutistes depuis les pendulaires et un avion, on retrouva Stéphane Pégaz et son autogyre, surtout pour les spectateurs du haut, l’espace de l’atterrissage de Lumbin lui étant insuffisant pour des évolutions en toute sécurité pour lui et le public.

Puis vint la cinquième prestation d’hélico du week-end : la démonstration d’hélico Classe 6 d’Alex Prévost avec son Dynali H3 biplace de 100 cv. Après dix-huit mois et près de 250 heures de vol, le bilan est plutôt satisfaisant pour cette machine simple et économique qui malgré sa faible puissance tire plutôt bien son épingle du jeu au niveau performance en dehors de sa vitesse limitée. Son pilotage fin n’empêche nullement la formation de nouveau pilote par Alex et surtout pour l’occasion de la Alex Prévost et son Dynali H3 posé à Lumbin - Photo © Patrick GISLECoupe Icare pour la seconde année de faire une belle démonstration de maniabilité et de maîtrise. Aussi bien sur le plateau que dans la vallée, Alex a innové en animant des « Ola » au rythme de ses translations latérales avec une liaison radio retransmise au micro. Le public a bien joué le jeu et sa démonstration fut vraiment de très bonne facture. On ne peut que déplorer l’attitude du speaker pour les démos ULM : aucune information, ni sur les appareils, ni sur les pilotes ou leur structure alors qu’ils viennent bénévolement et à leurs frais. La prestation d’Alex ne fut même plus commentée bien avant sa fin, le tout sans aucun remerciement ; pas cool.

Une fois les autres démonstrations mécaniques plus haut dans le ciel achevées, les voilures tournantes ont pu repartir vers leur base. On peut vraiment dire qu’elles ont été à la rescousse cette année !

Il est temps de rentrer - Photo © Patrick GISLEBien que les organisateurs de la Coupe Icare et ses milliers de bénévoles soient toujours à saluer, cet article rend avant tout hommage à deux personnes connues du vol libre qui nous ont quittés : Tout d’abord à Thibault Demange, 30 ans, pilote de Delta de l’équipe de France qui s’est tué le dimanche en début d’après-midi suite au bris de son aile et à l’emmêlement de son parachute sur le site de Lumbin et à Pierre Bouilloux, 60 ans, créateur de Sup’Air, fabricant de matériel de parapente et initiateur des cross de longues distances mais également pilote - instructeur d’hélico Classe 6 qui a disparu prématurément le 23 décembre.

• Cliquez ici pour lire l’article sur l’édition 2012.
• Cliquez ici pour lire l’article sur l’édition 2013.
• Cliquez ici pour lire l’article sur l’édition 2014.

Photos & Vidéos © Patrick GISLE - Tous droits réservés

Commenter cet article Répondre à cet article