Les avions de chasse qui aimaient les hélicos…

MONTELICO 2012

Lundi 10 septembre 2012, par Patrick // Patrick Gisle

0 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Non, les avions de chasse ne se prennent pas pour les dieux des airs…

EC 135 de la Section Aérienne de la Gendarmerie de Lyon-Bron et l'autogyre Magny M22 - Photo © Patrick GislePour preuve à Montélimar où leur musée, le musée européen de l’avion de chasse, basé à l’aérodrome de Montélimar-Ancône (26) convie pour la quatrième fois nos voilures tournantes favorites.

Il s’agit du rassemblement bi-annuel d’hélicoptères civils et militaires « Montélico », organisé conjointement avec l’armée de l’air.

Cette manifestation organisée sur deux jours proposait un plateau statique de dix appareils plus deux de passage avec :
• Des baptêmes de l’air en hélicoptère Écureuil B3, autogyre Magny M22 et avion de l’aéroclub,
• Des initiations à la simulation de vol (plusieurs simulateurs à la disposition des visiteurs),
• des animations et jeux organisés par les bureaux de l’armée de l’air, de l’armée de terre et de la marine, participation des Spahis de Valence,
• Un stand d’observation des éruptions solaires,
• Des démonstrations de danses country,
• Une présentation de voitures, camions de pompiers et tracteurs anciens,
• Un camp américain,
• Des animations pour les enfants : ballades en poneys, ateliers divers ...
• divers stands : produits du terroir, Montélimar tourisme, livre, boutique aéronautique, tombola, buvette et restauration rapide...

Une partie du plateau de "Montélico 2012" - Photo © Patrick GisleLe musée européen de l’aviation de chasse a été créé en 1985 par un groupe d’amis passionnés d’aviation. Fort d’environ 20 000 visiteurs par an, il présente un plateau d’une cinquantaine d’appareils datant des années 30 à nos jours et provenant de diverses forces aériennes européennes. Sa surface d’exposition est de 22 800 m² dont 4000 m² couvert.
On peut y trouver entre autres plusieurs Mirages F1, III et 2000, plusieurs MIG russes, etc… (Cliquez ici pour en savoir +).

Nous avions en hélicoptères civils :
Quatre appareils fournis par Jet Systems Hélicoptères Services, une des plus importantes sociétés privés de transport, Le Bell 206 Jet Ranger B3 - Photo © Patrick Gisle de levage et de formation de Rhône-Alpes basée à Valence Chabeuil que nous avons déjà présenté dans les articles "1350 rotations pour électrifier les wagons" et "Des rotors et des ailes à Valence-Chabeuil" :
• Un Bell 206 Jet Ranger B3, plutôt assez rare en France, c’est un des mono-turbine 5 places les plus connus et diffusés aux Etats-Unis dont les premiers datent de la fin des années 1960 - Turbine Allison 250-C20B de 420 cv – Masse à vide 777 kg – Masse maxi : 1450 kg dont 230 kg de carburant possible – Vitesse de croisière 190 km/h ; maxi 240 km/h – plafond 6100 m – Autonomie : 600 km. Utilisé en transport de passagers et en école.

• Un AS 350 B2 – Mono turbine 6 places Eurocopter très connu de nos cieux - Turbine Arriel 1D1 de 724 cv – Masse à vide 1220 kg – Masse maxi 2250 kg dont 400 kg de carburant possible – Vitesse de croisière 220 km/h ; maxi 287 km/h – plafond 6100 m – Autonomie : 610 km. Utilisé en levage et transport de passagers. L'AS 350 B2 - Photo © Patrick Gisle Plus de 5500 AS 350 produits tous modèles confondus depuis 1978, date du premier de série.

• Un AS 350 B3 – Mono turbine 6-7 places Eurocopter très connu pour le levage en montagne - Turbine Arriel 2B de 847 cv – Masse à vide 1250 kg – Masse maxi 2250 kg (ou 2800 kg en levage) dont 400 kg de carburant possible – Vitesse de croisière 250 km/h ; maxi 287 km/h – plafond 7010 m – Autonomie : 610 km ou 4h20. Le spécialiste des conditions extrêmes (-40/+40°c) qui peut lever son poids, voir un peu plus (1400 kg) ! Plus de 900 AS 350 B3 produits et en service depuis 1997. Son taux de montée est au record de 2 minutes 21 secondes pour 3000 m ! C’est l’appareil qui a assuré les 36 rotations de baptêmes en version 6 passagers avec comme pilote Arnaud Raffin, particulièrement doux au cyclique malgré un bon 15-20 kt établi…

L'EC 130 B4 - Photo © Patrick Gisle• Un EC 130 B4 : magnifique modèle 7 places (8 possibles), dernière version de l’Écureuil avec la turbine et la mécanique du B3e : Turbine Turbomeca Arriel 2B de 847ch et système FADEC.
Servocommandes double corps avec deux pompes hydrauliques et deux bâches hydrauliques.
Masse à vide 1412 kg – Masse maxi 2500 kg dont 426 kg de carburant possible – Vitesse de croisière 236 km/h ; maxi 287 km/h – plafond 7010 m – Autonomie : 610 km
Plus de 410 exemplaires dans cinquante pays. Cumul de 850 000 heures de vol dont 14 500h pour le leader…
Réputé pour son niveau sonore parmi les plus bas avec 84,5 dB et son confort.

Deux appareils légers de moins de 500 kg :
• Un Fama Kiss 209 M : Très bel hélicoptère léger CNSK biplace, unique avec son train rentrant et sa coque carbone. Motorisé avec une Turbine APU Solar T62-32 de 162 cv détarée à 135 cv. Masse à vide 330 kg – Masse maxi : 660 kg dont 105 kg de carburant (150l) - – Vitesse de croisière 185 km/h ; maxi 195 km/h - plafond 3850 m – Autonomie : 600 km. Le Kiss 209 M - Photo © Patrick Gisle Le local de la manifestation : son importateur Fama Hélicoptère France étant basé sur place. A noter la création d’une école pour le PPLH avec le célèbre instructeur Guy Ramos.

• Un Guimbal Cabri G2 : le plus perfectionné, sécurit et performant biplace à piston du monde made in France. Premier à être certifié EASA CS-27. Motorisé avec le 4 cylindres 5.9l Textron Lycoming O360-J2A de 180 cv détaré à 145 cv. Masse à vide 420 kg – Masse maxi : 750 kg dont 120 kg de carburant (170 L) - Vitesse de croisière 185 km/h ; maxi 220 km/h - plafond 3850 m – Autonomie : 700 km. Mise en service : 2008 – Niveau sonore exceptionnellement bas de 75,7 dB. Certification VRF nuit et grand froid – Option flottabilité de secours. Nous avions à faire au n°37 du nouvel Héliclub des 3 L'Alouette II SE 3130 du CELAG - Photo © Patrick GisleCimes basé depuis juillet à Grenoble – Le Versoud (38) que nous présenterons en détail très prochainement.

Un appareil ancien et mythique bien que certains soient encore en service dans le monde entier :
• Une Alouette II SE3130 rénovée par l’association Grenobloise : Le CELAG : Centre d’Etudes et de Loisirs Aérospaciaux de Grenoble : Association fondée en 1976 avec une activité restauration – sauvegarde d’hélicoptères (sans les remettre opérationnels), une activité construction d’avions amateur et une activité aéromodélisme (Cliquez ici pour en savoir +). Une association qui a besoin d’aide pour une souscription modique…
L'Alouette II SE 3130 du CELAG - Photo © Patrick GisleLa première Alouette II vola aux mains de Jean Boulet en mars 1955. Il en fut produit 1305 exemplaires par la SNCASE, Sud-Aviation, puis Aérospatiale à partir de 1970 plus au moins 300 sous licences dans différents pays. La dernière est sortie en 1975. Elle battit de nombreux record de taux de montée et d’altitude (10 984m dans sa version SE3150, 12 442 m dans sa version SA315B Lama).
Masse à vide 895 kg – Masse maxi : 1600 kg dont 417 kg de carburant (586l) - Vitesse de croisière 170 km/h ; maxi 205 km/h plafond 3200 m – Autonomie : 720 km – 5 places.

Nous avions en hélicoptères militaires :
L'AS 555 Fennec - Photo © Patrick Gisle• Un Fennec AS 555 : version militaire de l’Écureuil biturbine AS 355 lancé à l’origine pour le marché américain en 1979 et pour le vol IFR. Initialement équipé de turbines Allison 250-C20F de 420 ch/unité, il fut ensuite équipé de turbines Arriel 1D (684cv), 1D1 (724 cv), puis Arrius 1A (530 cv) et 1A1 (470 cv) de chez Turbomeca. Plusieurs versions ont été développée : pour l’ALAT en version non armée pour l’entrainement et en version armée avec canon de 20mm, système de tir T-100 et missiles air-air mistral et roquettes en conteneur. Pour la Navale, soit non armée, de surveillance et d’observation radar ou armée de recherche et lutte anti-sous-marine équipée d’un radar et d’une torpille légère. L’appareil présenté venait de la base militaire de l’armée de l’air d’Orange.

La Gazelle SA 342M - Photo © Patrick Gisle• Une Gazelle SA 342M : Un des hélicoptères mono turbine les plus innovants jamais construit. Développé en collaboration avec Westland Hélicoptères (UK). La première vola en avril 1967 pilotée par Jean Boulet. Elle est à ce jour encore la force principale de nombreux pays dans le monde. Pas loin de 2000 ont été produites. Ses innovations furent en premier le rotor de queue en Fenestron, sa structure en sandwich alu-carbone nid d’abeille, le rotor équipé de trois pales souples, la suppression d’amortisseur de suspensions supprimant le risque d’entrée en résonnance. Enfin, ses opérations de maintenance avancée (juste avant ou après le vol) furent fortement réduites (50% de moins que les Alouette) et sa fiabilité accrue permirent de réduire significativement les coûts opérationnels. La majorité est au service de l’Alat. Encore en Lybie récemment, elle était l’arme antichar avec ses missiles Hot, les Tigre n’étant qu’en soutien ! Turbine Turbomeca Astazou XIV M de 870 cv – Masse à vide 1200 kg – Masse maxi 1900 kg – Vitesse de croisière 230 km/h ; maxi 310 km/h – plafond 6000 m – Autonomie : 650 km.

Le Caracal EC 725 en évolution - Photo © Patrick Gisle• Un Caracal EC 725 : Le dernier des hélicoptères lourds de la classe des Super Puma. C’était la star de la journée et l’attrait principale des spectateurs. 2 Turbines Turbomeca Makila 2M de 2412 cv chacune ! – Masse à vide 5330kg – Masse maxi 11200 kg – Vitesse de croisière 285 km/h ; maxi 325 km/h – plafond 6100 m – Autonomie : 860 km. C’est le premier hélicoptère équipés d’un blindage et de systèmes de protection tel que : Détecteur d’alerte radar Sherlock SF, Détecteur d’alerte laser Marconi, Lance-leurres Elips.
Ce caracal est venu spécialement de la base de CAZAUX (33). Cette base aérienne de l’armée de l’air est une des plus importantes de France. Elle comprend l’école de formation des pilote de chasse sur Alpha Jet, le centre d’essai en vol national, un centre de formation d’armée étrangère (actuellement Singapour) et l’école de formation des pilotes de la gendarmerie nationale. L’appareil présent est un des huit EC725 équipant l’escadron 1/67 « Pyrénées » dont les deux missions principales sont le SAR (Search and Rescue) « civil » et le Personnal Recovery militaire : récupération d’équipages en opération, de ressortissants et SAR éventuels.
Détail du Caracal EC 725 - Photo © Patrick GisleAccueil très sympathique du Commandant Franck ARNAUDON.
Mise en service au printemps 2006 avec sa première opération au Liban dès l’été de la même année... Est ensuite intervenu au Tchad, en Lybie et est présent en Afghanistan depuis six ans.
Cet appareil est doté d’un pilote automatique quatre axes spécialement développé pour les hélicoptères (et non issu de l’avion…). Ne nécessite que deux pilotes au lieu de trois pour les Puma.
Vitesse de croisière : 140 kt (250 km/h). Consommation : environ 800 l/h = 660 kg de carburant. Capacité d’emport de carburant : 3 tonnes = 4000 l, soit 4 heures et demi – Rayon d’action en mission : 250 kt avec trente minutes sur place de prévu en sauvetage et quinze minutes en dépose…

L'EC 135 F-MJCD - Photo © Patrick Gisle• L’EC 135 « JCD » de la Section Aérienne de la Gendarmerie de Lyon-Bron piloté par Claudia BERGAUT, qui me réserva un accueil très sympathique. Elle est pilote Gendarmerie depuis 2002 avec 1700 heures de vol.
Les missions du EC 135 sont principalement des missions de police judiciaire, de maintien de l’ordre, d’intervention et de surveillance routière. A ce sujet, il n’y a pas en France de radar sur hélicoptère, c’est un mythe… Par contre des comportements dangereux et délictueux peuvent être relevés et transmis aux équipes au sol. Tout comme les informations de trafic pour Bison Futé afin d’enclencher la mise en place des itinéraires « bis ». L’appareil est équipé d’une caméra spécifique et de matériels embarqués manipulés par un gendarme de police judiciaire. Les équipement de l'EC 135 - Photo © Patrick GisleIl est équipé d’un treuil.
Quelques données : Premier vol en 1994, production en série à partir de 1996. Développé à partir du BO 105 avec rotor rigide. 2 turbines Turbomeca 2 GTM Arrius 2 de 780 cv. Masse à vide 1455 kg – Masse maxi 2950 kg dont 560 kg de carburant possible – Vitesse de croisière 250 km/h ; maxi 260 km/h – plafond 6100 m – Autonomie : 635 km. Appareil de prédilection pour les forces de police et les transports sanitaires, ainsi que pour le secours.

Nous avons eu en visite de passage :
• Un Robinson R44 : Bel appareil 4 places à moteur à piston 6 cylindres de 245 cv bien présent dans nos cieux en appareil privé et en héliclub (produit depuis 1992).
Le R44 - Photo © Patrick Gisle
• Un Eurocopter « Colibri » EC 120 de Hélilausanne. Un des appareils à turbine les plus légers, silencieux et économiques. Une turbine Arrius 2F de 716 cv. Masse à vide d’environ 1000 kg et charge utile de 720 kg. Vitesse de croisière de 223 km/h, maximale de 278 km/h – Autonomie de 710 km. Plafond opérationnel de 5200 m.

Le moment clef fut, pour les personnes patientes, le départ des différents appareils à partir de 17h, transformant alors l’exposition en petit meeting…
Si les appareils civils sont partis normalement en rejoignant simplement l’axe de la piste, les appareils militaires nous ont tous gratifiés d’un départ avec stationnaires doublés de saluts et ont tous fait un tour de piste complet pour refaire un passage bas pour le plus grand plaisir des spectateurs…
La vedette de la manifestation : L'EC 725 Caracal avec son rotor cinq pales de 16,2 m de diamètre - Photo © Patrick GisleBien entendu, le Caracal a encore volé la vedette avec son rotor cinq pales de 16,2 m de diamètre qui au décollage nous a bien fait chanceler et manger la poussière… Qui a dit monstrueux ?

Merci pour cette belle journée et leurs accueils au Musée Européen de l’Avion de chasse, à l’armée de l’air et aux équipages, ainsi qu’à l’équipe de Jet Systems Hélicopters Service, toujours aussi sympathique (Isabelle, Florence, Michel, …), à l’équipe de l’Héliclub des 3 Cimes, tout aussi sympa et au CELAG.

Photos et vidéos © Patrick Gisle.

Décollage EC 120 HB-ZCA Hélilausanne - © Patrick Gisle

Décollage Gazelle SA 341 GCK - Vidéo © Patrick Gisle

Décollage R44 F-HFLR - Vidéo © Patrick Gisle

Décollage du Cabri G2 F-HOLA à Montélimar - Vidéo © Patrick Gisle

Atterrissage R44 F-HFLR - Vidéo © Patrick Gisle

En vol sur AS 350 B3 F-GZFJ - Vidéo © Patrick Gisle

Envol EC 725 Caracal - Vidéo © Patrick Gisle

Commenter cet article Répondre à cet article

1 Message

  • Les avions de chasse qui aimaient les hélicos… 25 septembre 2012 19:21, par DZ des lyons bleus

    Un coucou du mécanicien de bord de l’EC 135 gendarmerie, encore merci à tous les bénévoles de Montélico, pour tous les bons moments passés. Merci à toi Alain président du musée, continuez à vous battre pour que le musée vive et que Montelico perdure...

    repondre message