1ère conférence sur le secours en montagne de Valfréjus

Mardi 28 février 2012, par Patrick // Patrick Gisle

0 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Quand passion, maîtrise et dévotion nous donnent une soirée d’exception !
Affiche de la conférence : Secours en Montagne avec le PGHM, CRS, SAMU L’affiche attractive et la superbe bande-annonce, nous avaient déjà laissé augurer un bel évènement pour ce 24 février à 20h30 en Maurienne. Nous ne pouvions rater cette soirée organisée par la station de Valfréjus située au-dessus de Modane, le Détachement Aérien de Gendarmerie et le Peloton de Gendarmerie de Haute Montagne de Modane en association avec les CRS Alpes d’Albertville.
Les deux principaux acteurs de cette initiative sont Cédric Bonnefoi, pilote émérite depuis 2010 au DAG de Modane, passionné de photos et vidéos et Yann Chaboissier, Directeur de l’Office du Tourisme de Valfréjus, sous couvert et aval de la hiérarchie de la Gendarmerie et du soutien de tout le personnel du DAG et du PGHM de Modane.
Six mois de préparation et de prises de vue furent nécessaires pour accumuler les images, faire les montages et les préparatifs. Le résultat est plutôt bluffant, à faire pâlir pas mal de professionnels de l’image.
La conférence se tenait dans la grande salle de spectacle du Thabor, à l’entrée de la station. Un public nombreux s’étant déplacé, la salle était comble, soit près de 300 personnes.
Le panel d’intervenants a joué le jeu de la scène, assis de part et d’autre de l’écran, bien que certains semblaient moins à l’aise que pendus à 50 m sous leur EC 145 à 500m du sol !, ce qui a fait sourire et a aidé à les détendre. La soirée, de près de trois heures, est passée très vite, de part l’alternance de sept projections de vidéos montées en musique et de moments d’échanges très conviviaux entre le public et les intervenants. Le tout fut animé par Yann Chaboissier et par Cédric Bonnefoi, de fait Chef de file des intervenants.

De G. à D. : Yann Chaboissier, Cédric Bonnefoi, commandant Jean-Louis Hildenbrand, Antoine Troussel, Christophe Lemaitre, Frédéric Millot, Dr Cécile Meunier - Photo © Patrick GisleLa première vidéo d’environ dix minutes introduisait la soirée par de nombreuses séances d’entraînement des secouristes pour des déposes – reprises, de l’acclimatation à la l’hélicoptère et, bien entendu, des treuillages tous terrains.
Le premier créneau renseignait sur la formation nécessaire pour être secouriste en montagne. Le Commandant du PGHM, Jean-Louis Hildenbrand et le secouriste PGHM Antoine Troussel ont détaillé le long cursus de la formation de la gendarmerie. D’une durée de deux ans, la formation de base est suivie de plusieurs stages de six semaines sauf si les postulants sont de niveau à se présenter au probatoire d’aspirant-guide à l’ENSA de Chamonix. Dans ce cas, ils n’ont que la partie secouriste à réellement effectuer. Dans tous les cas, passion et haut niveau de pratique régulière en alpinisme sont indispensables, associés obligatoirement à un véritable altruisme. L’envie profonde d’aller au devant des autres et d’aider ou secourir est un des piliers de la motivation nécessaire.
Ce sont ensuite les CRS Christophe Lemaitre et Frédéric Millot d’Albertville qui ont expliqué la formation au sein de la police : 1 an d’école + 1 an de stage sauf pour les aspirants-guides, plus quatre mois de stage d’été et quatre mois de stage d’hiver. Sachant qu’il faut cumuler stages et interventions pendant quatre à cinq ans pour devenir secouriste premier de cordée, c’est-à-dire responsable d’intervention.

La deuxième vidéo également d’environ 10’ mettait en avant les équipages et leurs entraînements avec de superbes images d’atterrissages en poudreuses (glissades : voir vidéo ci-dessous) et sous jour blanc, ainsi que du treuillage de précision sur le monolithe enneigé de Sardière, près de Bramans, curiosité géologique majeure de 93m ! Un niveau technique qui cherche en permanence à atteindre la perfection.

De G. à D. : Yannick Herman, Pascal Saillant, le major Olivier Tissot Dupont - Photo © Patrick GisleLe deuxième échange avec le public eut comme objet principal la star indirecte, suscitant beaucoup de curiosité et en service depuis 2003 : le biturbine EC 145 de chez Eurocopter. Des explications détaillées furent données par le Pilote Major Olivier Tissot-Dupont, Commandant du DAG, le pilote Yannick Herman et le Mécanicien treuilliste Pascal Saillant sans oublier celles de Cédric Bonnefoi bien sûr.

Quelques informations saisies au vol sur l’EC 145 :
• Biturbine Ariel 1 E2 de 2 x780cv. Coût : environ 8 M€ suivant options
• Masse à vide : environ 1800 kg – maximale en charge : 3600 kg
• Vitesse maximale : 150 kt soit 270 km/h, de croisière : 250 km/h
• Plafond maxi opérationnel : 18 000 pieds (ft) soit 5500m
• Consommation : 300l/h, ce qui avec 750l de réservoir donne 2.5h maxi d’autonomie, soit env. 600km. En montagne, à Modane, rarement plus de 300l sont introduits pour garder le maximum de puissance en altitude. A Chamonix, il n’est pas rare que l’EC 145 de la DZ des Bois ne parte qu’avec 120-150 litres !
• Capacité d’emport : 1 pilote + 1 mécanicien et 9 passagers, soit 11 personnes ou en plus de l’équipage, 2 civières, 1 médecin et 2 secouristes.
L'ec 145 F-MJBB Choucas 73 en approche - Photo © Eric Thirion - Tous droits réservés• Treuil électrique de 90m de câble avec potence motorisée. Capacité de 270 kg permettant, contrairement à l’illustre Alouette III, l’évacuation simultanée du blessé et du médecin ou secouriste.
• Grand confort lié au volume rendant possible l’emport de deux blessés et la réalisation d’interventions médicales. Avionique très perfectionnée, digne d’un avion de ligne avec entre autre un pilote automatique de transit et tous les instruments pour le vol IFR (instrument flIght Rules = vol aux instruments comme le vol de nuit ou par visibilité très réduite).
• Vol sous jumelle de vision nocturne (JVN) permettant la nuit de voler en ligne directe et donc de gagner beaucoup de temps pour rejoindre un hôpital éloigné. L'EC 145 F-MJBB Choucas 73 posé sur sa DZ - Photo © Eric Thirion - Tous droits réservés Par exemple, le délai pour rejoindre le CHU de Grenoble a été divisé par deux, car il n’est plus nécessaire de suivre les lumières des vallées. Son utilisation découle d’une formation spéciale, l’angle vision étant réduit à 80° et les distances étant faussées.
Il nous fut également précisé que le cursus pour devenir pilote au DAG passait par l’armée en général puis par un stage de un an de vol en montagne très pointu toutes saisons et toutes conditions.

La troisième vidéo de 5’ montrait des entrainements d’hélitreuillage en altitude dans la région du Pic du Cheval Blanc vers 3000 m (près du Mont THABOR).

Le troisième échange avec les intervenants précisa les moyens héliportés en Rhône-Alpes :
 Hélico DAG à Modane, Chamonix et Briançon (EC 145 bleus nommé "Choucas")
 Hélico Sécurité Civile (EC 145 rouge et jaune nommé "Dragon") à Grenoble et Annecy.
La quatrième vidéo fut sous la forme d’un long clip sur des missions de secours très diverses.

Choucas 73 : ready to landing - Photo © Eric Thirion - Tous droits réservésUne quatrième partie de questions-réponses donna quelques chiffres sur les interventions, sachant que la DAG de Modane a une région très grande à couvrir, la vallée de La Maurienne faisant plus de 120km de longueur de Aiton à Bonneval :
 Le nombre d’interventions est de 500 à 550 par an, avec jusqu’à 7 à 8 par jour l’hiver en non-stop de 10h à plus de 22h (le PGHM et les CRS sont en garde alternée, une semaine sur deux…).
 Le temps moyen de trajet oscille entre 10 et 20’, de médicalisation entre 10 et 20’ également et d’évacuation entre 15’ à 1 heure.
 Le temps moyen d’une intervention est d’une heure.
 Enfin la mise en route de l’appareil n’est que de cinq minutes en début de journée et descend à trois minutes ensuite. Veille et astreinte 365 jours/an, 7j/7.

La cinquième projection fut un extrait du reportage poignant de l’émission Appel d’Urgence diffusé le 3 janvier 2012 sur TF1. Dans la réalité du secours avec interventions du médecin urgentiste Bernard Dupuy.
Nous avons eu ensuite une intervention du Médecin urgentiste, Mme Dr Cécile Meunier qui expliqua ses motivations et précisa que la médecine de montagne ne pouvait se pratiquer qu’à l’issue d’un diplôme universitaire de médecine de montagne qui s’obtient en deux ans de spécialisation.

Le MOB, sur le patin, surveille les arrières de Choucas 73 - Photo © DAG de ModaneLa sixième vidéo fut un extrait (le dernier quart d’heure) du très bon reportage sur les accidents de ski diffusé sur Direct 8 dans l’émission Quartier Général du 20 février de cette année. Après une intervention écourtée pour un garde du parc de la Vanoise qui s’était blessé à la cheville, intervention tragique sur un accident de saut de barre d’un freerider hors piste à 2600m. Le silence était grave dans la salle. Le niveau de maîtrise et d’engagement des secouristes, du médecin Pierre Guyot et de l’équipage est maximal et impressionnant avec des conditions d’approche, un conditionnement, un treuillage et une tentative de sauvetage des plus délicats jusque dans les services du CHU de Grenoble. Des images au cœur de la réalité du secours en montagne dans le quotidien des sauveteurs, médecins et équipages d’exception.
Cockpit de l'EC 145 F-MJBB - Photo © Eric Thirion - Tous droits réservés Après ces images, la transition ne fut pas évidente. Cédric Bonnefoi nous aide en nous proposant une septième vidéo bonus avec les images exceptionnelles d’un trajet Aller/retour Modane – Chamonix en passant en haute altitude autour du Mont-Blanc, de l’Aiguille du Midi et d’une bonne partie du massif environnant. Quinze minutes magiques avec la caméra fixée sur le casque du pilote !

En conclusion : mission accomplie avec brio ! Une soirée passionnante et émouvante qui nous a beaucoup appris sur les professions remarquables du secours de montagne.
A refaire, en élargissant aux Dragon et autres DAG, pourquoi pas ?
La soirée se termina par un buffet bien sympathique où les intervenants furent d’une gentillesse et d’une disponibilité impressionnantes, tout comme leur humilité, leurs engagements et leurs talents. Bravo et Merci Messieurs !

EC 145 F-MJBB Choucas 73 - Photo © Eric Thirion - Tous droits réservésUn grand merci au commandant Hildenbrand, au major Tissot Dupont ainsi qu’à Yannick Herman, aux autres gendarmes et bien entendu à Cédric Bonnefoi pour sa disponibilité et sa collaboration à ce reportage. Je n’oublie pas non plus Yann Chaboissier et Pascal Surrel de l’Office du Tourisme pour leur accueil.

Merci à Eric Thirion pour les photos de Choucas 73.

Liens
Bande annonce de la conférence
Reportage "Quartier Général" Vacances au ski : les urgences sous haute tension

- Cliquez ici pour lire l’article de Patrick Gisle sur la 2ème conférence du 28 février 2013.

Atterrissage en glissade pour Choucas 73 - durée 4s vidéo © DAG de Modane

Embarquement pour Chamonix - durée 5mn53 vidéo © DAG de Modane

 Version light - Résolution 640x360

 Version HD - Résolution 1280x720


Commenter cet article Répondre à cet article

6 Messages