Air-Glaciers : une aventure qui n'est pas finie

Vendredi 28 janvier 2011, par Papycoptere // Jean-Marie Potelle

2 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Trois noms sont à retenir pour cette aventure : Hermann GEIGER, Fernand MARTIGNONI et Bruno BAGNOUD. Hermann GEIGER Dans les années 1950, les cabanes n’étaient ravitaillées en matériel ou vivres que par les mulets ou les hommes qui portaient jusqu’à 40 kg sur leur dos. Herman GEIGER, pilote à l’Aéroclub du Valais eut l’idée d’utiliser l’avion pour faire ce genre de portage. Il imagina une trappe placée sous l’avion pouvant larguer au passage les commandes, cerains colis fagiles étaient équipés de parachutes. Fernand MARTIGNONI Puis l’idée lui vint de se poser sur les glaciers pour évacuer des blessés. Là aussi, il imagina des skis pour l’atterrissage sur neige, rétractables pour revenir se poser sur un aérodrome. Tout cela fit son chemin. Son premier atterrisage en montagne se fit sur le glacier KANDER.
Il rencontra alors un homme à qui il proposa, contre des cours de pilotage, une aide à l’Aéroclub, c’était Fernand MARTIGNONI. Bruno BAGNOUD A eux, deux ils vont obtenir tous les agréments pour exploiter leurs avions car ils avaient en plus acquis un Pilatus Porter beaucoup plus performant et pouvant emmener plus de charges.
En 1957, Geiger reçoit un BELL 47 J, hélicoptère sur lequel il a été formé par Jean MOINE mais celui-ci n’est plus efficace au-dessus de 2500 m. Il participera à la construction de la cabane Kander et à de nombreuses évacuations sanitaires. C’est là qu’intervient Bruno Bagnoud. En effet Aspirant Guide, en 1963, durant sa dernière semaine de stage, survient un accident aux Dorées par grand beau mais avec Foehn violent. Un guide descend à Champex chercher des secours et prévient Geiger qui monte avec le Bell. Arrivé sur place, il ne peut se poser ; le blessé, mis sur une luge, est descendu à la Combe d’Orni où ils s’aperçoivent que l’hélicoptère attend. Le blessé est embarqué et transporté à l’hôpital.
Après un entretien avec GEIGER qui lui dit qu’il ne pouvait évacuer le blessé depuis les lieux de l’accident ne pouvant tenir le stationnaire, cette aventure a fait tilt dans la tête de Bruno Bagnoud d’autant que quelques temps auparavant, il avait appris qu’un hélicoptère piloté par Jean Boulet s’était posé au sommet du Mont-Blanc avec sept personnes à bord et plus tard sur le Mont Tibaa à 6004 m dans l’Himalaya avec 2 personnes et 250 kg de matériel.
Le BELL 47 JIl se retrouve avec Hermann et ce dernier lui fait comprendre que c’est un appareil à turbine, l’Alouette 3, qui coûte 1 500 000 francs Suisse. Bruno relève le défi, il lui faut cette machine.
Un de ses amis Président à l’Aéroclub fait partie de la Caisse d’Epargne du Valais et lui offre 600 000 francs Suisse. Pour le reste, ce sont des amis lui faisant confiance qui vont lui amener le solde. Il part donc à Marignane chercher son Alouette 3.
Il embauche Geiger comme Chef Pilote, lui s’occupant de la partie commerciale. Viendra avec eux Fernand Martignoni. Le 3 août 1965 est née AIR-GLACIERS.
Mais le marché n’est pas des plus lucratif car les stations de ski sont rares, les remontées mécaniques aussi. Ce qui va permettre de se sortir de l’ornière est que la Société obtient un contrat en Afrique pour la construction de Barrages Hydroélectriques et l’Alouette 3 est envoyée là-bas. Air Glaciers respire...
L'Alouette 3En 1966, premier drame, Hermann GEIGER décède dans un avion en percutant un planeur. Fernand Martignoni prend la place de Chef Pilote.
En 1969, la société se porte bien et l’on entend parler d’un nouvel hélicoptère très performant : le LAMA dont Bruno Bagnoud fera l’acquisition en 1971. En 1972, cet appareil va ouvrir de nouvelles voies entre autres pour l’agricole et la montée de charges.
Le 27 novembre 1982, nouveau coup dur ; Fernand Martignoni décède dans un vol sur Alouette 3 pendant une opération de vaccination des renards contre la rage. Il aura percuté une ligne non signalée.
Les deux précurseurs du vol en montagne ne sont plus.
AIR-GLACIERS continue comme l’aurait souhaité ces deux figures de l’Aviation.
Les missions se multiplient et se diversifient également, l’Héliski fonctionne mais en Suisse les zones de dépose sont très réglementées. De nouvelles machines vont arriver telles l’Ecureuil B3, l’EC 130 B 4, mais le fer de lance restera le LAMA et l’ALOUETTE 3.
Le LAMA et l'AS 350 B3 en arrière-plan.De son côté, le Département avions est en pleine expansion, des King 200 emmènent les clients en Corse mais aussi vers n’importe quelle destination en Europe, les Pilatus Turboporter larguent les parachutistes régulièrement, cette section ayant été montée par Fernand Martignoni.
En 1986, nouveau drame, François-Xavier Bagnoud, fils de Bruno et Albina du Boisrouvray décède dans un accident d’hélicoptère pendant le Paris-Dakar avec Thierry Sabine, Daniel Balavoine, Nathalie Odent et Jean-Paul Le Fur. C’est la consternation, pour moi aussi car je connaissais FXB. En sa mémoire, va se créer en 1990 la Maison François-Xavier Bagnoud du sauvetage.

Mais la vie continue...

 Les réalisations d’Air-Glaciers

Le King Air 200 en volLiaison régulière Sion-Genève
Station Service Aérospatiale
Distribution de Shell et du Handling de Sion
Création de la carte de sauvetage
Actionnaire des Sociétés Aéronautiques et d’Assistances : Heliswiss, Air-Grischa, Crossair, Bohag, Evasan, Air Zermatt, Trans Heli, SOS Assistance, Société d’Aviation de Genève
Création de la Maison François-Xavier Bagnoud du Sauvetage renforcée par les Ambulances de Sierre
Vol de ligne Sion-Zurich
Ouverture de 4 bases
Inauguration de la MAISON FXB du Sauvetage
Liaison avion avec la CORSE

 Buts de la société

AS 350 B3 HéliskiTransport sur demande, de passagers ou de marchandises en Suisse et à l’Etranger
Vols de recherches et de secours en montagne
Vols de tourisme et de loisirs
Transport de matériel
Héliski
Transport ou affouragement du bétail
Traitements agricoles
Ecole de formation avions et hélicoptères
Vols pour le cinéma, la photographie ou topographie

 AIR-GLACIERS en chiffres

Personnel administratif : 42
Mécaniciens : 24
Pilotes Hélicos : 25
Pilotes avions : 6
Assistants de vol : 49
Guides : 14
Ambulanciers : 3
Médecins de permanence : 36

Au départ d’Air-Glaciers, il y avait 7 personnes et l’Alouette 3
Aujourd’hui : 130 collaborateurs à plein temps (160 avec les auxiliaires) répartis sur 6 bases : Sion, Collombey, Lauterbrunnen, Gampel, Saanen-Gstaad, Leysin.
Depuis 1965, Air-Glaciers a accompli plus de 40 000 sauvetages.

 La flotte

Une toute petite partie de la flotte d'Air-Glaciers14 Lama
6 Alouette 3
1 B2, 1 B3, 2 B4
1 EC 120
3 King Air 200
3 Pilatus PC 6
1 Cessna 206
1 Piper Super Cub

Logo Air-Glaciers - Cliquez pour visiter le site www.air-glaciers.chUn très grand merci à Ingrid BEAUVAIS pour sa gentillesse et la documentation qu’elle m’a envoyé.

- Cliquez ici pour lire "Bruno Bagnoud, un géant" par Jean-Marie Potelle.

Commenter cet article Répondre à cet article