La société TURBOMECA bien présente au Musée de l'Aviation de Saint-Victoret

Jeudi 4 février 2021, par Daniel // Daniel Liron

0 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Un peu d’Histoire…
Turbomeca fondée par l'ingénieur polonais Joseph Szydlowski en 1938 - Photo DRLe motoriste pyrénéen Turboméca est depuis plus de 80 ans le principal fournisseur de moteurs d’avions et d’hélicoptères français et étrangers.

La société fondée en 1938 par Joseph SZYDLOWSKI a commencé son expansion en construisant des compresseurs centrifuges pour moteurs d’avions.
De prime abord installé à Mézières-sur-Seine, elle se délocalise en 1940 pour s’implanter à Saint-Pé-de-Bigorre, près de Lourdes dans les Pyrénées, mais n’y restera que jusqu’en 1942 pour créer une usine à Bordes à proximité de Pau.
C’est à partir de là que tout va commencer.

Le célèbre turbomoteur Artouste II - Photo D. LironAprès la création de turbine à gaz, de turbo compresseurs et de turbos-réacteurs, le premier propulseur installé sur une voilure tournante fut une turbine à gaz "Arrius II" montée sur l’hélicoptère SO 1120 Ariel III, c’était en 1951. La même année, de nombreux moteurs furent produits, dont le célèbre turbomoteur "Artouste II" produit en grande série qui équipa la première Alouette II dès 1955.

Dès lors, le motoriste ne cessa ne se diversifier en produisant de nombreux propulseurs aéronautiques, mais pas que, puisque Turboméca à propulsé une L'Astazou III C2 - Photo D. Lironautomobile : la célèbre "Etoile filante "de Renault avec une turbine "Turmo I" en 1951, et le rail, avec l’Aérotrain "Bertin" en 1962, et le prototype du TGV doté avec le "Turmo III" en 1972.

Il serait trop long ici de raconter les huit décennies de Turboméca, mais, côté giraviation, il faut savoir que de nombreux constructeurs d’hélicoptères étrangers ont été motorisés par la France, comme Sikorsky, avec le premier H-34 Bi-Bastan et les Le NH90 - Photo D. LironS70 et S76 mus par des RTM 322, tout comme l’Agusta Westland EH101 Merlin, ainsi que le constructeur germanique Bolkow qui a équipé son modèle 108 d’un "Arrius 2B", et de l’hélicoptère indien "ALH" de deux TM 333.
L’A109 Power d’Agusta (Leonardo maintenant), était motorisé par deux "Arrius 2K1", et le Rooiwalk (à base de mécanique Puma) produit par l’Afrique du Sud, par deux "Malika 1K2", ainsi que deux Hydroptères Aerospatiale (bateaux volants) avec des "Marboré".

Donc, de l’Arriel, en passant par le Djinn, les Alouette, les Frelon, Super-Frelon, Puma et autres Dauphin, Gazelle, Ecureuil, Tigre et NH90, nos hélicoptères français ont largement contribué à la réussite du groupe Turboméca devenu Safran Helicopters Engines en 2018, patronyme, qui, à mon avis est moins Entrée du Musée de l'Aviation de Saint-Victoret - Photo D. Liron agréable à l’oreille que son appellation française originelle, mais cela n’engage que moi.

Les visiteurs du Musée de l’Aviation de Saint-Victoret pourront découvrir la plupart de ces moteurs sur les appareils mêmes dont ils sont équipés, ou seuls exposés dans la "Salle des mécaniques". Un patrimoine bien conservé !

Commenter cet article Répondre à cet article

3 Messages