Avant les vacances, Eurocopter Marignane présente ses deux derniers joyaux à ses salariés

Mercredi 20 juillet 2011, par Daniel // Daniel Liron

0 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Le 13 juillet dernier en fin de matinée et malgré une météo pluvieuse, une démonstration en vol spéciale du X³ (prononcez X cube) et de l’EC 175 était organisée au profit des salariés de l’entreprise pour ceux qui n’avaient pu se rendre au mois de juin, au 49e Salon du Bourget où les deux appareils furent présentés au grand public.

L'équipage de l'EC 175 à Marignane en 2009. De G à D. MM.De Bianca, Oswald et Brémond - Photo Daniel LironUn bon millier de personnes était sur le tarmac des essais en vol de l’usine de Marignane pour admirer les évolutions des deux derniers nés de la gamme sortis des ateliers de leur entreprise.

Retour au taxiway sous les applaudissements du personnel - Photo Daniel LironPour l’EC 175 (01 F-WWPB) l’équipage était MM. Alain Di Bianca, pilote, Patrick Brémont et Michel Oswald, ingénieurs d’essais en vol, et pour le X³ MM. Hervé Jammayrac, pilote d’essai et Daniel Semioli, ingénieur d’essais en vol.

Ce fut d’abord l’EC 175, qui durant 8 mn fit des évolutions intéressantes dont un retournement ainsi que des passages lents et rapides. Une très belle présentation très apprécié des personnels de l’Usine et des quelques représentants de la Presse invités.

Le Démonstrateur hybride X³ (F-ZXXX) est arrivé en vol d’Istres, dès l’EC 175 posé, ses évolutions, identiques à celles du Bourget, ont été très applaudies. On est surpris par la vitesse et le taux de monté de la machine (50° à 100 km/h). Il est vrai qu’avec deux moteurs de 1300 ch chacun (ceux du NH 90 : RTM 322) l’appareil ne peux que générer une grande puissance et une formidable maniabilité similaire à un hélicoptère traditionnel.

Le X3 en montée lente - Photo Daniel LironEn vol palier, le rotor principal est ralenti car les hélices latérales assurent la propulsion ainsi que la fonction anticouple et le contrôle en lacet. L’appareil tient parfaitement le vol stationnaire à cause d’une faible charge au disque rotor car plus cette charge est faible, moins la machine à besoin de puissance pour le stationnaire. Ses hélices ont été fabriquées pour le X³ par la Société allemande MT PROPELLER, spécialisée dans les hélices de petit diamètre.

Rappelons que ce démonstrateur a été élaboré en un temps record puisque entre les premières ébauches du concept et le premier vol, il s’est écoulé moins de trois ans, ce qui est très rapide pour un projet de cette envergure. Cet incroyable défi a pu être relevé grâce à la motivation de quelques dizaines d’ingénieurs et de compagnons ayant mis tout leur savoir faire dans la réalisation du programme afin que X³ voit le jour dans les délais prévus au cahier des charges et qu’il puisse aussi être présenté en vol au Salon du Bourget 2011 ; challenge parfaitement réussi.

Détail dérive du X3 - Photo L. LaporteL’appareil après ses évolutions est reparti sur la Base aérienne d’Istres où il va continuer ses vols d’essais durant l’été.

M. Dominique Fournier, ingénieur d’essai navigant d’essai du X³ était présent pour renseigner la presse sur les performances de l’appareil ainsi que ses éventuels débouchés commerciaux possibles une fois ses phases de tests et son homologation terminées.

Dominique Fournier - Photo © XDominique Fournier confie a confié au micro de Maritima : "Si on exerce ce métier, c’est parce qu’on adore montrer les machines en vol, il y a une grande part de rêve et c’est le moteur de la passion. C’est un immense plaisir car c’est une super-prouesse technologique ; il est fabriqué à partir de plein de bouts d’autres appareils (cellule du Dauphin 6015, moteurs du NH90, BTP de l’EC 175, rotor de l’EC 155…) et malgré tout, il est beau. En plus, c’est une expérience humaine incroyable. c’est la première fois que je le voit voler. D’habitude, je suis dans la salle des écrans, il y en a six. Je m’occupe des télémesures, c’est-à-dire les paramètres de vol, il y en a 500, et j’informe les gens à bord de ce qui se passe"

L’aventure ne fait que commencer.

A suivre…

Commenter cet article Répondre à cet article