Daniel Poujol

Lundi 19 décembre 2005, par Chris // Les Pilotes

3 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Parti trop tôt...

Le 14 janvier 2004 à 9h45, alors qu’il effectuait une mission PIDA*, Daniel, pilote CMBH, ancien pilote du PGHM nous a quittés lors d’un crash après que son AS350B3 ait heurté un câble du téléphérique des Grands Montets à Argentière (74).
Cette disparition tragique m’a personnellement touchée du fait que j’étais, dans le cadre de mon travail, en intervention non loin du drame, sur un autre point haut au-dessus de Megève. Avec lui disparaissait Gérard Croz, un pisteur du Service des Pistes des Grands Montets. C’est d’autant plus triste de voir disparaître des professionnels qui œuvrent pour la sécurité des autres... Qu’ils reposent en paix ; je partage le chagrin de leurs familles.

* PIDA : abréviation pour Plan d’Intervention de Déclenchement d’Avalanche.
- Cliquez ici pour lire un article où Daniel Poujol parle de l’alouette III Bravo Lima en 1998.
- Cliquez ici pour lire un extrait du livre In Extremis de Blaise Agresti racontant un sauvetage effectué dans le massif des Droites en janvier 1999 par Daniel Poujol, alors patron du PGHM du détachement aérien de la Gendarmerie à Megève.
- Cliquez ici pour voir l’interview de Blaise Agresti © tvmountain.com

Daniel poujol : le salut venu du ciel - Sophie Rosselli

Il n’existe pas de secours "faciles", diagnostique Daniel Poujol, pilote d’une Alouette III à la gendarmerie de Megève, fort de treize années de vol. Sur les sommets, il faut gérer tous les paramètres en un temps record : le vent, l’orage, le poids de l’appareil et garantir la sécurité des secouristes.

L’an passé, suspendu au treuil dans un vent de 60 kilomètres à l’heure, l’un d’entre eux a supporté des décharges électriques durant trente secondes.

Quand les pointes à 150 kilomètres à l’heure propulsent la machine vers la roche, il doit renoncer. "Le plus dur, c’est l’instant où il faut dire non aux familles".

Certains jours, le pilote assure jusqu’à quinze interventions, parfois de nuit. Dans les couloirs étroits du massif, les pales de l’hélicoptère frôlent la paroi à moins d’un mètre. La météo change d’une minute à l’autre.

Commenter cet article Répondre à cet article

4 Messages

  • Daniel Poujol 14 août 2009 22:01, par Did’

    J’ai connu Daniel le temps d’un chantier dans les Pyrénées, à Izourt. Fin 2003, il me parlait de la retraite, et je lui ai envoyé divers documents qu’il ne trouvait pas à ce sujet. Quelques jours plus tard il s’est envolé... et n’est jamais rentré à la base.
    C’était un mec charmant.

    repondre message

    • Daniel Poujol 15 août 2009 12:04, par Chris

      Merci pour ce témoignage, Didier ; As-tu des photos de cette époque ?
      Bien que ne connaissant pas Daniel personnellement, sa disparition m’a profondément touché car, de 1990 à 2000, il a été l’un des pilotes de la fameuse Alouette 3 "Bravo Lima" du DAG de Chamonix.

      repondre message

  • Daniel Poujol 21 août 2009 15:51, par HAMELIN AAAFAG

    A ce sujet, se mettre en relation avec JM POTELLE qui le connaissait bien.
    Amitiés.
    Gilbert HAMELIN Membre AAAFAG

    repondre message

    • Daniel Poujol 21 mai 2015 10:23, par Viaux-Cambuzat

      Bonjour,
      Je parcours le net pour tomber sur cette bien triste nouvelle.
      J’ai bien connu Daniel puisque nous étions en stage à Dax ensemble (2PH83). De lui je garde comme souvenirs quelqu’un de profondément gentil sous son air bourru, ayant beaucoup d’humour et m’offrant tous les matins un "bonjour" d’une poignée de main si ferme que mes mains s’en souvenaient pendant une heure...une force de la nature.
      Lui gendarme et moi artilleur, nous ne nous sommes plus revus depuis la fin du stage.
      Mes pensées vont vers lui et toute sa famille.

      repondre message