L’Halluinois Francis Delafosse raconte une carrière exceptionnelle dans un livre

Mercredi 24 novembre 2021

Mécanicien navigant sur les hélicoptères de la Sécurité civile, dans toute la France, l’Halluinois Francis Delafosse raconte une carrière exceptionnelle dans un livre.
Ce n’est qu’une petite partie de sa carrière en tant que mécano sur les hélicoptères de Francis Delafosse et l'Alouette 3 Dragon 74 sur la DZ des Bois de Chamonix - Photo André Fatras collection Francis Delafossela Sécurité civile, mais ces cinq années dans le Nord, sur ses 35 de carrière, ont compté pour de multiples raisons.
« Revenir dans la famille, assurer ce service à domicile, je ne pouvais pas refuser », raconte l’Halluinois Francis Delafosse. Avec ce moment unique d’avoir ainsi survolé son jardin d’enfance de la rue de Lille.

Là où sa vocation est née. « Un battement de pale, un vol qui venait de Bondues », se remémore comme si c’était hier, Francis Delafosse, c’est la première fois que je voyais un hélico. La vocation était née chez ce gamin d’une dizaine d’années. Six ans après, il s’engage dans l’armée et l’Aviation légère de l’armée de terre (Alat).

Les ondes pompiers piratées
Mais dès le début, il associe l’hélicoptère au service de secours. Et quand la Francis Delafosse (MSS) à bord de l'Alouette 3 de la Sécurité civile - Photo DR collection Francis Delafosse Protection civile recrute, il n’hésite pas : « Le secours, c’est pour moi  ». Ce qu’il fera pendant 35 ans. D’autant qu’une base est annoncée à Lille en 1972. Mais en attendant, c’est à Lacanau qu’il va commencer sa carrière. Ce n’est qu’en 1978 que la base sera créée à Lesquin. Il y restera 5 ans.
Une nouvelle base « où il fallait créer tout l’opérationnel. Il y avait deux équipages, un hélico, mais on ne nous appelait pas », se souvient-il. « Il a fallu un peu pirater les ondes pompiers » pour aller sur les lieux. Parfois en arrivant avant les pompiers eux-mêmes. « Ils hésitaient à nous confier les blessés, sans ordre hiérarchique, mais on pouvait être au CHU de Lille en 5 minutes contre 30 avec leurs moyens »... (...) Lire la suite sur lavoixdunord.fr

Bien plus qu’un simple mécano navigant
Mécano navigant, un terme très réducteur des missions de Francis Delafosse. Bien sûr, il devait gérer Francis Delafosse à bord de l'Alouette 3 Dragon 74 au cours d'un hélitreuillage dans le massif du Mont-Blanc - Photo André Fatraset anticiper les pannes, assurer la sécurité de tous. « Une anomalie en vol, il faut savoir quoi faire. Rentrer, réparer, continuer… »
Deux fois, il y a eu des atterrissages d’urgence, pour ne pas dire crash, une fois en mer à Bordeaux, une fois dans la Vallée Blanche .
Mais il était autant « technique qu’opérationnel ». Les yeux nécessaires du copilote, mais c’est aussi lui qui s’occupe de l’hélitreuillage. Un rôle fondamental, en montagne évidemment, mais aussi dans la région avec des opérations pour des noyades en baie de Somme ou des interventions sur des incendies ou un château d’eau. Source

Au cœur de l’Alouette, un livre d’histoire et un exutoire
C’est ce rôle de « mécanicien copilote », largement méconnu, que Francis Delafosse a voulu faire connaître au travers de son livre, Couverture du livre "Au cœur de l'Alouette", mémoire d'une carrière sur hélicoptères de la Sécurité civile - Auto-édition Francis Delafossequ’il a mis dix ans à écrire, une fois à la retraite. « Un an après ma retraite, j’ai fait un AVC. Je me suis dit que si je m’en sortais, j’écrirai un livre ».
«  J’ai laissé en route beaucoup de collègues, morts ou handicapés », explique celui qui fait partie des rares navigants à avoir une carrière aussi longue et dans les trois milieux (mer, montagne, terre), « je n’avais pas le droit de ne pas faire ce livre ».
Mais ce livre d’histoire est aussi un exutoire. Lors de de ses quelques 5 000 missions, il en a vu des drames, des morts, des cadavres, des destins brisés. « On voit tous les malheurs de la vie, on arrive parfois les premiers, j’ai vu des choses abominables, c’est très dur psychologiquement », témoigne le septuagénaire. Avant de terminer : « Je cauchemarde des échecs ou des drames, je ne rêve pas des réussites ».
Et pourtant, ce sont bien ces réussites qui ont permis de tenir aussi longtemps. Comme quand il finira au bout de longues heures de recherches par retrouver une fillette de 5 ans. Et « de rendre une enfant indemne à une maman qui pensait ne jamais la revoir ».

Au cœur de l’Alouette, mémoire d’une carrière sur hélicoptères de la Sécurité civile, autoédition Delafosse. Prix : 25€. Pour le commander : 25 rue Champ-Rochas, 38240 Meylan. Source

Cliquez pour en savoir + sur le livre de Francis DELAFOSSE intitulé "Au cœur de l'Alouette" - Photo Auto-édition DELAFOSSE

Sortie officielle du livre de Francis DELAFOSSE intitulé "Au cœur de l’Alouette".

Cliquez ici pour en savoir +.

Francis Delafosse nous raconte 5 000 missions de secours héliportés
Article "Francis Delafosse nous raconte 5 000 missions de secours héliportés" - Document © Nordeclair.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève