Alphonse Cadière : 63 années aux commandes d’hélicoptères

Mardi 2 août 2016

Alphonse Cadière est instructeur et examinateur hélicoptère pour l’aviation civile : « Je teste les pilotes en vue de ce que l’on nomme ‘la délivrance’, c’est-à-dire l’obtention de leur brevet » ironise-t-il. « À 17 ans, mes parents m’ont offert un brevet de pilote avion. Pour mes 18 ans, j’étais breveté hélico. »

Étudiant en génie électrique, Alphonse intègre l’école d’officiers en 1956. « Je me suis rapproché de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT). J’ai servi en Algérie sur Vertou, un hélicoptère surnommé ‘banane volante’. J’effectuais du transport de commando. J’ai aussi servi au guidage des avions de chasse et des bombardiers en tant qu’observateur pilote. » À son retour en 1962, il est affecté sur Sikorsky, avant de terminer sa carrière militaire comme moniteur à l’école de Dax.

Après l’armée, il devient pilote civil
« Ma carrière aéronautique civile débute en 1979 dans une société lyonnaise où je forme des pilotes libyens. Puis, chez Trans Hélicoptère Services à Bron, j’effectue du transport de personnes, des visites de lignes pour EDF et du travail en montagne. En 7 ans, je comptabilise 97 attributions de brevets pilotes professionnels ! »

Ce qui l’a le plus marqué dans toutes ces années ? « Le transport de blessés en état d’urgence médicale. »

À retraite mais encore aux commandes
En retraite depuis 1996, Alphonse s’est orienté vers le bénévolat, toujours au service de la formation des pilotes. Il intervient à Frontenas, Grenoble, Bron et Macon : « A chaque décollage c’est encore la même émotion ! Avec 19 000 heures de vol, ce qui est exceptionnel, j’ai formé des centaines de brevetés. Toujours en bonne santé, j’ai encore énormément de plaisir à voler et instruire. » Le plus important pour lui c’est la théorie : « il faut comprendre comment vole un hélico et apprendre à toujours se poser les bonnes questions quand on est aux commandes.  » Source

Commenter cette brève Répondre à cette brève