Les visées panoramiques de Commerc’Air

Vendredi 15 mars 2002

Faire admirer les beautés alpines de notre département depuis le ciel, c’est une nouvelle activité développée par le site régional de Commerc’Air, une société initialement spécialisée dans le négoce d’hélicoptères et de pièces détachées, basée sur l’aérodrome du Versoud.
Gilles Verdan, pilote et responsable du site local"Grenoble s’étend au pied d’un massif montagneux extraordinaire, Belledonne, un atout touristique dont personne ne profite assez", constate Gilles Verdan, pilote et responsable du site local de Commerc’Air. Cette société, née à Albertville en 1990, ne se destinait pas précisément au tourisme lorsqu’elle pratiquait l’achat et la revente d’hélicoptères. Son essor, par l’obtention d’un certificat de transport aérien, en a voulu autrement. En 1999, Commerc’Air négociait un virage important en rachetant la filiale française d’Héli Union International, une entreprise grenobloise vouée au levage et au positionnement de matériaux de chantiers et pylônes des remontées mécaniques. Avec l’acquisition d’autres filiales, Commerc’Air disposait alors au total d’une flotte de 27 appareils polyvalents.

Son PDG, Claude Evangelisti, relate cette montée en puissance : "Nous nous sommes naturellement diversifiés, dans l’image aérienne d’abord, en déployant notamment de gros moyens techniques pour assurer le suivi TV du Tour de France." Dans le droit fil de son développement, la société devait également assurer le transport public des passagers. "Nous avons démarré l’activité touristique dans d’autres régions françaises, les Châteaux de la Loire, la Champagne, et bien sûr Paris", souligne Gilles Verdan. Le site grenoblois vient tout juste de se lancer à l’assaut des cimes, le temps d’obtenir les autorisations de survol. Il ne propose pas de liaison régulière, mais un vol à la carte, pour une clientèle variée. Pour le grand public, c’est la possibilité de redécouvrir le plus haut massif de la région grenobloise et de frôler, depuis Chamrousse et jusqu’au Lac du Crozet, les cascades de l’Oursière, le Grand Colon et le plus petit glacier des Alpes, celui de Freydane, niché sous le Grand Pic de Belledonne. Pour la clientèle d’affaires, le plan de vol est différent. En partenariat avec l’Alpe-d’Huez, la société propose aux dirigeants d’entreprise de rejoindre "L’Ile au soleil" en moins de temps qu’il n’en faut pour lire un contrat : "En huit minutes, nous assurons la liaison depuis Grenoble jusqu’au restaurant de l’Altibar, au pied des pistes. C’est un argument décisif pour la finalisation d’un accord commercial !" Toujours proche des entreprises, Commerc’Air propose aux investisseurs potentiels de découvrir le bassin industriel grenoblois, et de vérifier, le cas échéant, les zones encore disponibles dans l’écrin majestueux. La société s’est fixé un objectif de 50 heures de vol touristique d’ici à la fin du printemps : un micromarché pour une activité qui pèse 19 ME de chiffre d’affaires. A la faveur d’une demande soutenue, Commerc’Air pourrait cependant bientôt offrir d’autres formules de vol : assurer des navettes régulières vers les domaines skiables ou, inversement, faire descendre les touristes des stations jusqu’aux magasins de Grenoble. Richard Gonzalez source

Commenter cette brève Répondre à cette brève