Les armées d’Europe en stage à Cazaux

Lundi 28 septembre 2009

Groupe aérien européen (GAE) Les armées d’Europe en stage à Cazaux
La base aérienne de Cazaux est devenue durant trois semaines une base « otanienne » en accueillant le Groupe aérien européen (GAE). Qu’est-ce que le GAE ? Créée en 1995, c’est une force aérienne multinationale européenne qui a pour objectif de renforcer la capacité des armées de l’air des nations membres pour mener des opérations en commun.
Le Lieutenant Colonel Fabrice Albrecht devant les hélicoptères Merlin et Pélican de l'Armée de l'air italienne -Photo Marceau BonnecazeLe GAE regroupe sept nations : la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et l’Espagne. Il mène des travaux théoriques dans les domaines de la recherche de personnes, du sauvetage, du soutien lors de missions afin de proposer des solutions optimales. Ces travaux se traduisent par des tests pratiques expérimentés au travers d’exercices annuels. C’est dans ce contexte que la BA 120 a accueilli durant ces trois semaines, dans les bâtiments spacieux et modernes de l’escadron Pyrénées, 210 militaires venus des armées de l’air de 15 pays.

Harmoniser les pratiques
Le lieutenant colonel Fabrice Albrecht, commandant en second de l’escadron Pyrénées, explique : « Le GAE regroupe 7 nations européennes et invite des pays observateurs comme la Turquie et les États-Unis ». Tous ces militaires possèdent une forte expérience dans leurs domaines respectifs. Certains sont engagés dans des conflits comme l’escadron Pyrénées en Afghanistan. Le lieutenant colonel Fabrice Albrecht poursuit : « C’est un excellent moyen de roder des exercices, de se préparer à des actions périlleuses et surtout d’harmoniser nos pratiques. Nous nous rencontrons une fois par an. C’est une première pour Cazaux mais peut-être pas la dernière car notre base convient parfaitement à ce type de rencontre interarmées. »

Opérations communes
Les journées débutent par un apport théorique, puis un grand briefing avant l’envol des appareils. Les missions comportent toutes les situations possibles de récupération et sauvetage des hommes dans les zones les plus délicates, l’accent a été mis sur les zones urbaines, des vols de jour et des vols de nuit. Les pays sont venus avec leurs appareils : la France avec les Caracals de la base de Cazaux, un hélicoptère Gazelle de Pau, l’Italie a envoyé des hélicoptères Merlin et Pélican et aussi des avions des F16 hollandais et le MI-24 tchèque. Les patrouilles ont été mélangées, les hélicoptères français accueillant des commandos suédois, les commandos français embarquant dans les hélicos italiens...
Des manoeuvres qui ont permis de conforter la base aérienne de Cazaux dans sa vocation européenne. Marceau Bonnecaze

Commenter cette brève Répondre à cette brève