Accident d’hélicoptère au plateau Orofero

Lundi 4 août 2008

Un hélicoptère s’est écrasé dans la montagne ! A quelques jours du triste premier anniversaire du crash de Moorea, l’annonce hier matin d’un accident d’hélicoptère a eu l’effet d’une bombe, mais, fort heureusement, on ne déplore qu’un blessé, le pilote, dont la vie ne serait pas en danger. Les deux passagers qui l’accompagnaient s’en sont sortis indemnes, mais choqués.
Les premiers éléments font apparaître que l’accident, survenu hier matin vers 9 heures, s’est produit au moment de l’atterrissage. Henri Schuppe, un pilote (et propriétaire de l’hélicoptère Bell 47) que beaucoup disent expérimenté, avait entamé sa manoeuvre pour se poser sur la petite hélistation du plateau de Orofero, au bout de la vallée du même nom à Paea. Pour des raisons techniques ou météorologiques encore inexpliquées, l’hélicoptère s’est déporté latéralement avant de toucher le sol.

Hélitreuillés par le Fennec
Cockpit du Bell 47 - Photo JMMIl a ensuite basculé dans un ravin. L’appareil s’est immobilisé une trentaine de mètres plus bas. Le pilote s’est toutefois retrouvé coincé dans la carlingue, tandis que les deux passagers ont réussi à s’en sortir indemnes. La suite de cette mésaventure, c’est Frédéric Beaufays, le chef de la subdivision des îles Tuamotu- Gambier qui nous l’a racontée : “Les secours ont été avertis, semble-t-il, par l’une des victimes qui disposait d’un téléphone portable. Nous avons été prévenus à environ 9h15, ce qui laisse croire que l’accident s’est produit peu avant. J’ai déclenché les secours immédiatement. Compte tenu de la zone dans laquelle a eu lieu l’accident, il a été obligatoire de déclencher des secours héliportés. Un appareil de Polynésie Hélicoptère et le Fennec du Comsup se sont rendus sur zone. Le lieu du crash Il a été nécessaire d’hélitreuiller par civière le pilote blessé. Les opérations ont eu lieu vers 11 heures et trois personnes aussitôt acheminées à l’hôpital de Mamao où elles sont en observation et traitement pour le pilote blessé au niveau du dos. Mais il n’y a pas de fracture, il n’y a pas de risque vital. On est dans un scénario plutôt rassurant. Quant aux causes de l’accident, on ne les connaît pas encore. On a décidé d’acheminer des gendarmes sur place par voie héliportée afin de dresser les premières constatations matérielles. Il y aura bien entendu, dans les prochains jours, une enquête administrative de l’aviation civile et du bureau enquête accident”.

Un hélico à piston
Le Bell 47 - Photo JMMLe Bell 47 est hélicoptère à deux pales avec moteur à piston, d’où un bruit caractéristique en vol. Il a une capacité de trois places, pilote compris. Sérieusement endommagé, l’appareil n’est pas sûr de retrouver un jour la voie des airs. “Dommage”, disent déjà les pilotes d’hélicoptère de Tahiti, car basé dans un hangar de la zone nord de Tahiti Faa’a, cet appareil à double commandes aurait encore pu former de nombreux pilotes locaux. Le Bell 47 et son moteur à piston permettent un tarif de l’heure de vol bien plus abordable que sur un hélicoptère classique à turbine. source

Commenter cette brève Répondre à cette brève