Coup de chapeau pour l’équipage de Dragon 2B

Mardi 13 octobre 2009

Corse : six passagers d’un avion tirés d’une mer déchaînée
Les grands moyens mobilisés, en pleine nuit, dans le golfe de Porto
"Il y avait des creux de quatre à cinq mètres avec un vent violent au large de Porto. Cela a été périlleux de les récupérer". Hier soir, le commandant Frédéric Solano racontait ainsi l’opération de sauvetage qui a mobilisé la Sécurité civile et l’armée de l’Air pour récupérer les six passagers, quatre hommes et deux femmes, d’un Cessna 210, parti de l’aéroclub de Propriano vers 14h pour rallier Cannes.

Le Super Puma de la base de Solenzara - PQRLe pilote avait avisé le centre de contrôle d’Aix d’une panne moteur et de sa volonté d’amerrir. Un avion de reconnaissance Atlantique 2 a ralié le golfe de Porto où l’avion de tourisme s’est crashé. Il a été rejoint par un Super Puma de la base de Solenzara puis un hélico de la gendarmerie d’Ajaccio.
C’est un hélico de la Sécurité Civile de Bastia, le Dragon 2B, qui a permis de repérer tous les rescapés, à 20h05. Piloté par Franck Diebold, il y avait à son bord l’hélitreuilleur Munoz et les plongeurs-pompiers Donati et Scartabelli. "Il a d’abord localisé un passager à 1,5 km de la côte, détaille l’officier. Les occupants du Cessna s’étaient extraits de la cabine après le crash avec leur gilet".
Équipés d’une balise lumineuse, ces gilets ont permis de distinguer les rescapés en pleine nuit, ballottés par les vagues. Une "chaîne de sécurité" formée d’un radeau et de gilets a été larguée près d’eux. Deux hélitreuillages, dont un très difficile, ont été effectués par l’hélico de la Sécurité Civile et ses plongeurs. L’appareil a déposé les rescapés sur la plage de Porto, où le Samu les attendait.
L'EC 145 F-MJBC du DAG d'Ajaccio et son équipage a également été mis a contribution - Photo AFP "Quand nous les avons remontés, ils s’inquiétaient pour les autres restés dans l’eau", explique un sauveteur. Deux autres passagers ont ensuite été remontés par le Super Puma. Le libecciu, ce vent violent qui balaie la côte ouest de la Corse, n’avait pas molli. À 22h10, les deux derniers rescapés du crash du Cessna étaient tirés de la mer et admis à l’hôpital d’Ajaccio, en état d’hypothermie sévère. Ph. Larue et R. Luongo source

Commenter cette brève Répondre à cette brève