Crash d’un hélicoptère bombardier d’eau

Vendredi 11 septembre 2009

Accident d’un hélicoptère bombardier d’eau près de Digne : le pilote blessé
Un hélicoptère bombardier d’eau s’est écrasé jeudi près de Digne alors qu’il pompait de l’eau dans une rivière, avec un seul homme à bord qui a été blessé, a-t-on appris auprès de la préfecture des Alpes-de-Haute-Provence.
Le pilote, âgé d’une cinquantaine d’années, a réussi à s’extraire de l’appareil. Victime de multiples contusions, il a été hospitalisé à Digne mais ses jours ne sont pas en danger, a-t-on précisé.
L’accident est survenu vers 17H45 sur la commune du Brusquet alors que l’hélicoptère effectuait une manœuvre pour pomper de l’eau dans le lit de la Bléone, un affluent de la Durance. Les pales ont heurté une ligne d’électricité à moyenne tension, faisant chuter l’appareil.
L’hélicoptère, propriété du Secours aérien français, société basée à Grenoble, avait été loué pour l’été par les services d’incendie et de secours du département. Il intervenait jeudi contre un feu de chaume.source
...
Par miracle le pilote est en vie
L’appareil s’est écrasé près de Digne, jeudi peu avant 18 h, alors qu’il effectuait une opération de remplissage sur une rivière. Le pilote, seul à bord, a été blessé, mais ses jours ne sont pas en danger.
Voir le reportage de Véronique Bouvier et Léo Centofanti avec les interventions de Didier Amadei, Lieutenant-Colonel service départemental des pompiers des Alpes de Haute Provence, et de François-Xavier Lauch, sous-Préfet de Digne. source

...
L’hélicoptère bombardier d’eau s’écrase : le pilote blessé
Photo DLL’hélicoptère bombardier d’eau des sapeurs-pompiers des Alpes-de-Haute-Provence s’est écrasé au sol hier vers 17h45 sur la commune du Brusquet, à une dizaine de kilomètres de Digne-les-Bains.
L’appareil, un Écureuil appartenant au Secours aérien français (Saf) de Grenoble, est loué depuis le début de l’été par le service départemental d’incendie et de secours (Sdis) pour la lutte contre les feux de forêt. Le crash s’est produit alors que l’hélicoptère intervenait sur un incendie qui a détruit 1,5 hectare de chaume.

L’appareil s’est disloqué
L’appareil était en vol stationnaire au-dessus du lit de la Bléone, un affluent de la Durance, pour se ravitailler en eau. Au cours de l’opération de pompage, une des pales de l’hélicoptère a heurté une ligne électrique à moyenne tension.
Déséquilibré, l’Écureuil est tombé dans le lit de la rivière. Il s’est totalement disloqué. Le pilote, qui était seul à bord, a réussi à s’extraire lui-même de la carcasse de l’appareil.

Un pilote chevronné
L’homme, un salarié du Secours aérien français de Grenoble âgé d’une cinquantaine d’années, souffre de multiples contusions et de douleurs à la colonne vertébrale. Il a été transporté à l’hôpital de Digne-les-Bains. Ses jours ne sont pas en danger. « La victime est un pilote chevronné » explique Mohamed Saadallah, directeur de cabinet du préfet.
Trois hommes se trouvent habituellement à bord de l’hélicoptère bombardier d’eau. Mais pendant le pompage, le technicien et l’officier du Sdis restent à terre pour guider l’opération.

Une de ses dernières missions
L’hélicoptère effectuait probablement une de ses dernières missions dans les Alpes-de-Haute-Provence car la saison de lutte contre les feux de forêts va bientôt s’achever dans le département. Depuis le début de l’été, cet hélicoptère bombardier d’eau a effectué de nombreuses interventions, totalisant une quarantaine d’heures de vol. Luc Chaillot source
...
Crash de l’hélico des pompiers : le pilote se remet et l’enquête se poursuit
Le pilote de l’hélicoptère bombardier d’eau du Sdis 04 se remet de ses blessures à l’hôpital de Digne. Bien que fortement commotionné et contusionné le scanner n’a révélé aucune lésion grave. Toutefois il a dû être suturé pour une profonde plaie au dos.
Concernant l’enquête sur les circonstances de l’accident, les experts de la Brigade de la gendarmerie des transports aériens (BGTA) se sont rendus ce matin sur les lieux du crash afin de procéder aux ultimes constatations.
source
...
L’hélicoptère bombardier d’eau victime d’un crash
Hier après-midi vers 17h40 alors qu’il intervenait sur un feu de chaume provoqué par un écobuage mal maîtrisé, l’Écureuil B2, affrété pour l’été par le Sdis, s’est écrasé après avoir vraisemblablement heurté une ligne moyenne tension alors qu’il se ravitaillait en eau dans la Bléone. L’enquête menée par la compagnie de Digne et la brigade de gendarmerie des transports aériens (BGTA), qui se rendent sur les lieux ce matin, devrait permettre de déterminer les causes exactes du crash. Au moment de l’accident, le pilote était seul à bord pour effectuer la manœuvre et venait juste de déposer son mécanicien et le pompier du centre de secours qui l’accompagnaient. L’appareil a chuté d’une quinzaine de mètres. Par bonheur, le pilote s’en est sorti vivant bien que fortement contusionné. Néanmoins, il a pu s’extraire seul de la carcasse de l’hélicoptère qui heureusement n’a pas pris feu. Ses blessures ont cependant nécessité son évacuation vers l’hôpital de Digne pour des examens complémentaires. L’état de dislocation de l’appareil montre à l’évidence que ce crash a connu une issue miraculeuse. Le sous-préfet Lauch qui s’est rendu sur les lieux, accompagné de M. Saadallah directeur de cabinet du préfet, a adressé "ses premières pensées au pilote et à sa famille" et a tenu à rappeler "à quel point ce genre d’accident prouve que le métier de sapeur-pompier est à risques". Il a également souligné les services rendus par cet appareil, qui devait quitter le département aujourd’hui même. "Nous avons certainement évité de très gros sinistres grâce à son intervention précoce notamment aux Mées ou à Château-Arnoux", a-t-il encore précisé. Les témoins présents sur les lieux du crash évoquaient une boule de feu et une explosion au moment où les pales de l’appareil ont sectionné les câbles électriques. Denis Geny, employé aux services techniques du Brusquet parlait clairement "d’une énorme boule de feu suivie d’une explosion, comme une bombe". Perrine quant à elle était dans sa chambre au village du Mousteiret quand elle a nettement entendu "un grand boum peu de temps après entendu l’hélicoptère survoler sa maison". Hier soir les pompiers et les services techniques étaient à pied d’oeuvre pour dévier le cours de la Bléone afin d’éviter sa pollution par le kérosène qui s’écoulait de l’appareil, tandis que les gendarmes procédaient au balisage des lieux.

Un précédent mortel en 2000
Il y a neuf ans, un pilote se tuait à Éoulx le 2 août 2000, le pilote d’un hélicoptère bombardier d’eau trouvait la mort à Éoulx, un hameau proche de Castellane, lors d’un largage sur un feu de forêt d’origine criminelle. Harold Kaprièlian, un Cannois de 39 ans, était un pilote chevronné. Ce jour-là, il était aux commandes d’un hélicoptère de type Lama loué par le Sdis de Digne à une société de Chalon-sur-Saône (71) dans le cadre du dispositif estival de lutte contre les feux de forêts. Il affichait près de 3500 heure de vol et comptait 5 ans d’expérience sur ce type de missions.
Le jour du drame, tandis que les moyens pédestres se préparaient à descendre dans le vallon embrasé, il avait déjà effectué une dizaine de largages en une heure, sans rencontrer le moindre problème. Jusqu’à 13h30. Lorsque la turbine s’était soudain emballée. En quelques secondes, les pompiers restés au sol avaient assisté, totalement impuissants, à la chute de l’hélicoptère au cœur de la forêt. Après avoir largué son chargement d’eau, le seau s’était accroché dans un peuplier. Les fixations du seau sur l’élingue avaient alors lâché et le tout était allé s’enrouler sur le rotor arrière qui s’était bloqué. Privé de cet élément, l’appareil s’était mis en auto-rotation avant de s’écraser une cinquantaine de mètres plus bas dans le vallon, non loin de l’incendie. M.F.B. Alexandra Gelber source

Commenter cette brève Répondre à cette brève