L’armée en quête de pilotes d’hélicoptère

Jeudi 31 août 2006

Un baccalauréat suffit pour prétendre au brevet.
L’armée de terre est en quête de pilotes d’hélicoptères et elle le fait savoir. 90 postes seraient à pourvoir chaque année. Ceci en raison d’un important « turn over » dans la profession. Beaucoup de pilotes, après avoir servi l’armée durant une période minimum de cinq ans, s’en allant chercher une expérience professionnelle dans le privé.
Dans les bureaux du Centre information et recrutement de l’armée de terre (CIRAT), situés rue du Général-de-Gaulle, le major Michel Randria, chef de centre, n’est pas peu fier de présenter Julien Cabanié, premier Auscitain, depuis quatre ans, à avoir réussi les tests physiques et psychologiques de l’armée de terre, en vue de sa formation de pilote d’hélicoptère.
Des épreuves « difficiles » que le triathlète a réussies avec brio. Mais ce qui frappe avant tout, c’est la jeunesse de ce dernier. Julien a 18 ans. « Pour être pilote d’hélicoptère, il suffit d’un baccalauréat général, technique ou professionnel », précise le major. S’offre à Julien la perspective de huit mois de formation pour devenir sous-officier, avant onze mois à passer à Dax pour obtenir son brevet de pilote. Pour l’heure, les vols ne s’opèrent qu’en simulateur. Il faut savoir se montrer patient… A ses côtés, Charles Contessi, 19 ans, moins sportif, lui aussi a passé les tests. Seul lui manque un point en anglais (les langues sont importantes). Un examen que l’armée lui propose de repasser. « Cette fois j’y arriverai », promet-il. source

Commenter cette brève Répondre à cette brève