Le "Dragon" quitte Le Touquet

Mardi 11 février 2014

La nouvelle est tombée lundi. La Direction général de la Sécurité civile a décidé de fermer la base du Touquet "pour une période indéterminée".
L’hélicoptère Dragon, que les habitants connaissent bien, va donc quitter Le Touquet avec le personnel de la base. On ne parle pas pour l’instant de fermeture définitive, mais la nouvelle suscite de l’inquiétude. L’hélicoptère de la Sécurité civile était basé à Lille et en 2010, Daniel Fasquelle avait obtenu qu’il soit définitivement basé au Touquet, pour être plus opérationnel sur la Côte d’Opale dont l’affluence estivale justifiait l’ancrage de l’appareil.

Depuis, le Dragon avait fait son trou, si l’on peut dire, au Touquet. Il complétait l’hélicoptère de la Marine Nationale, le Dauphin, qui n’intervient qu’en mer. Le Dragon, lui, intervenait pour des services d’urgence sur les départements du Pas-de-Calais, Somme, Nord et Aisne. "Notre zone d’intervention est le territoire de la zone de défense Nord" avait expliqué le chef de base quand nous l’avions rencontré cet été.

L’hélicoptère Dragon est l’outil de la grande urgence. Celui-ci qui pouvait prendre en charge un accident cardiaque çà Fruges en vingt minutes, hélitreuiller des personnes en milieu inaccesssible, ou rechercher un noyé ou une personne disparue. Lundi encore, le Dragon est intervenu sur l’autoroute A1 pour prendre en charge un grand brûlé qui a été transporté à l’hôpital des grands brûlés à Paris en moins d’une heure. (...) Lire la suite sur lesechosdutouquet.fr
...
11-02-2014 L’hélicoptère Dragon 62 en sursis au Touquet, mobilisation générale pour son maintien sur la côte
L’appareil de la Sécurité civile est au cœur d’un débat mêlant sécurité, prise en charge des victimes et économies budgétaires. L’activité de la base du Touquet, où est stationné l’hélicoptère Dragon 62, doit être temporairement interrompue dès la fin de cette semaine. Mais les responsables des secours ont alerté les autorités sur les conséquences du départ de l’hélico. Plusieurs hommes politiques, dont Daniel Fasquelle et Dominique Dupilet, se sont mobilisés pour conserver l’hélicoptère au Touquet.

L’appareil rouge et jaune a bourdonné dans le ciel touquettois pendant tout le week-end de l’Enduropale. Tout au long de l’année, il parcourt inlassablement la Côte d’Opale et toute la zone du Nord, du Pas-de-Calais et de la Picardie. À peine l’enduro terminé, les personnels de la base du Touquet et les partenaires de santé attachés au Dragon 62 ont appris les premiers la nouvelle : l’activité opérationnelle du site serait suspendue de façon temporaire et l’hélicoptère pourrait être réaffecté dès dimanche sur l’une des vingt-trois bases françaises. Certains des sauveteurs rattachés au Dragon craignaient notamment que « le temporaire se transforme en définitif ».
Selon nos informations, les états-majors de la région militent depuis quelque temps déjà pour tenter de sauvegarder un équipement précieux en termes de rapidité des secours. Basé auparavant à Lille, le Dragon 62 s’est installé au Touquet en 2010.

Économies budgétaires
En décembre dernier, au cours d’un déplacement en Guyane, le président de la République François Hollande avait annoncé l’arrivée d’un hélicoptère de la Sécurité civile à la fin du mois de mars 2014. Une requête formulée par les sapeurs-pompiers guyanais depuis 2006. Dans les stratégies actuelles d’économies budgétaires, l’achat d’un nouvel appareil semble très peu probable. L’hélicoptère attendu en Guyane devrait donc provenir du parc d’appareils déjà existant. Le lien avec la situation actuelle de la Côte d’Opale a été rapidement établi.

« Non assistance à personne en danger »
Ce mardi, Dominique Dupilet, président (PS) du Département du Pas-de-Calais, a écrit une lettre ouverte à Manuel Valls, ministre de l’Intérieur en charge du dossier, pour l’avertir : « Le détroit du Pas-de-Calais est le deuxième détroit le plus fréquenté au monde. (…) C’est un goulot d’étranglement sur la principale route maritime économique de l’Europe. À ce titre, il concentre tous les dangers pour les gens de la mer, pour les côtes, pour les habitants de celles-ci. »
L’élu défend ensuite les intérêts de la base du Touquet : « Aujourd’hui, au nom de la modernisation de l’action publique, il est envisagé de redéployer l’hélicoptère Dragon 62 basé sur la côte d’Opale. Si la modernisation de l’action publique est effectivement une nécessité, l’évaluation objective de la situation du détroit du Pas-de-Calais justifie le maintien de la base d’hélicoptères de la Sécurité civile du Touquet ! » (...) Lira la suite sur lavoixdunord.fr
...
11-02-2014 Le Nord Pas-de-Calais va-t-il perdre son hélicoptère de la Sécurité civile au profit de la Guyane ?
L’Union départementale des Sapeurs-Pompiers du Pas-de-Calais s’inquiète d’un possible redéploiement de l’hélicoptère de la Sécurité civile Dragon 62, basé actuellement au Touquet. Le département de Guyane doit en effet récupérer en avril un appareil provenant de la métropole.

L’hélicoptère Dragon 62 rouge et jaune de la Sécurité civile, basé au Touquet, va-t-il quitter le Nord Pas-de-Calais d’ici la fin du premier trimestre ? C’est en tout cas l’inquiétude de l’Union Départementale des Sapeurs-Pompiers (UDSP 62) du Pas-de-Calais. "Le retrait de l’hélicoptère de la Sécurité civile relèverait d’une iniquité dans le traitement de la protection de la population régionale", déplore-t-elle dans un communiqué diffusé ce mardi. "Dans un contexte où la situation sanitaire de la région est l’une des moins bonnes de France, la population se verrait privée d’un moyen concourant à l’amélioration évidente de sa protection au quotidien grâce, notamment, à la présence à bord de médecins et infirmiers sapeurs-pompiers et/ou d’équipes spécialisées. (...) A l’heure où le ministère de la Santé annonce la mise en place de 43 hélicoptères privés dédiés exclusivement aux transports sanitaires dans le cadre de la politique nationale "Helismur", il est difficile de comprendre la suppression d’UN hélicoptère assurant une polyvalence de missions de secours d’urgence".

Commenter cette brève Répondre à cette brève