Un œil sur le réseau électrique

Vendredi 22 mai 2009

D’une tempête, l’autre ! Les équipes d’ERDF n’auront pas chômé ce dernier hiver. Entre le trop plein de neige aux gangues glacées brisant les lignes, et les vents violents de la tempête Klaus, qui, le 24 janvier, a ravagé le Sud-Ouest, jusqu’aux portes de l’Isère. Avec, en prime, des coupures d’électricité pour des centaines de milliers de foyers.
Visite de lignes en hélicoptère de la societe Jet Systems pour le compte d'ERDF, sur les contreforts de la Chartreuse. Franck Manchia, navigateur (Jet Systems), Georges Moulin pilote (Jet Systems) Henri Porchier/Le Dauphine Libere A.G.I.« Nous y étions, explique Georges Moulin, le pilote de Jet Systems. D’ailleurs, nous étions prêts à l’intervention, grâce aux prévisions météo maîtrisées par ERDF. Nous avons, chez nous, des experts des problèmes liés à la neige. Et, depuis le temps que nous intervenons en préventif régulier sur le réseau, grâce à des visites programmées, et avec l’expérience acquises durant les intempéries, nous savons où se situent les points sensibles du réseau. Cela nous permet d’intervenir sur des territoires déjà repérés ». De fait, sept hélicoptères ont été mobilisés sur le sud de la France, entre Bordeaux, Perpignan, La Rochelle, durant deux mois pleins.

Un hélicoptère et trois experts au regard d’aigle...
Au programme des réjouissances : des poteaux rompus à remplacer (« il suffit d’un seul à terre pour couper l’électricité sur des espaces énormes »), des câbles décrochés de leurs isolateurs, des arbres arrachant les lignes, des câbles électriques qui se touchent et provoquent la mauvaise étincelle qui fait fondre l’âme (en acier) d’un des câbles, etc, etc.
Voilà pour les tempêtes. Pour ce qui est de la visite actuelle dans notre région, elle a commencé ce lundi et dure deux semaines. Un hélicoptère et trois personnes à bord (pilote, navigateur, observateur) ratissent le réseau et établissent des rapports. Ceux-ci sont entrés en direct dans un ordinateur embarqué à bord de l’appareil. Les données sont ensuite gravées sur un CD-Rom pour être transmis à ERDF.
Une manne précieuse, récupérée patiemment par ces experts à l’œil d’aigle, à 5 mètres au-dessus des lignes... O.P. source

Commenter cette brève Répondre à cette brève