L’hélico coule à pic : un mort

Mercredi 23 août 2000

Il s’abîme dans les eaux du Lot, près d’Estaing (12)
Dramatique accident, hier matin, au Nayrac. Un hélicoptère s’est abîmé dans le Lot après avoir heurté un câble tendu en travers de la rivière. Une des trois personnes se trouvant à bord de l’appareil est décédée, coincée sur son siège.

C’est un véritable drame qui s’est produit, hier matin, sur la commune du Nayrac, dans le nord du département.

Un hélicoptère, de type Ecureuil, s’est abîmé dans les eaux du Lot, entre Estaing et Entraygues-sur-Truyères, alors qu’il effectuait un vol en rase-mottes au-dessus de la rivière. A son bord, le pilote, Hans Lehmann, et deux employés de la société toulousaine Master Image qui réalisaient un reportage publicitaire sur le département.

Le vol, parti ce mardi, du village de vacances « Campéole », sur le site de Combelles, à Rodez, en début de matinée, se déroule parfaitement. Et, après le village d’Estaing, l’hélicoptère « pique » vers la rivière afin que le cameraman, Alexandre Verdié, 29 ans, puisse enregistrer quelques images de la surface du Lot.

Soudain, aux alentours de 10 h 30 : la catastrophe ! Peu après le lieu-dit « La chapelle del dol », l’engin, qui devait se trouver à une hauteur comprise entre 2 et 8 mètres, heurte un câble non mentionné sur les cartes. Ce filin servait, vraisemblablement, à du débardage de bois et n’était plus utilisé depuis plusieurs années. L’aéronef s’immobilise alors et chute dans le Lot où il coule à pic.

Coincé par ses sangles
Le pilote et un de ses passagers, Bertrand Foreau, qui exerce la profession de technicien réalisateur, parviennent à s’extirper du cockpit de l’appareil et à regagner la berge sans encombre. Alexandre Verdié, hélas ! n’aura pas cette chance. Coincé par ses sangles, et victime d’un coup à la tête, selon les premières constatations d’un médecin, il n’arrive pas à se dégager.

Il faudra plusieurs heures pour que les sapeurs-pompiers d’Estaing et d’Espalion, prévenus par des témoins, réussissent à localiser l’épave. Et ce n’est qu’aux alentours de 13 h 15 que les plongeurs de l’unité départementale, basée à Rodez, ramènent à la surface le corps sans vie du cameraman.

Epave toujours engloutie
D’importantes forces de gendarmerie, dont la brigade nautique de Saint-Amans-des-Cots, commandée par l’adjudant Xuereb, les plongeurs de la gendarmerie du Cap-d’Agde (34) et la brigade territoriale d’Estaing, se sont, bien entendus, rendus sur place pour procéder aux premières constatations. L’enquête sera également diligentée par Christian Marty, ingénieur de permanence de la direction générale de l’aviation civile (DGAC), et par la brigade de gendarmerie de transport aérien, tous venus de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

Si ces investigations peuvent se révéler longues et difficiles, il faudra également compter pas mal de temps avant que l’épave de l’hélicoptère appartenant à la société marseillaise Hélitec, qui se trouve actuellement à une profondeur comprise entre 14 et 20 mètres, soit remontée à la surface. Denis SLAGMULDER source

Commenter cette brève Répondre à cette brève