L’hélicoptère, la nouvelle « arme » des policiers rennais pour intervenir à Saint-Malo

Mercredi 21 juillet 2010

Les policiers rennais peuvent désormais utiliser l’hélicoptère de la gendarmerie pour prêter main forte à leurs collègues de Saint-Malo et de Fougères en cas de coups durs.
L'EC 135 F-MJDF - Les policiers rennais se sont entraînés tout le mois de juin sur l'aéroport de Saint-Jacques - Photo : DDSP 35La police prend de la hauteur. Depuis début juillet, la Section d’intervention de Rennes, forte de 35 hommes spécialisés dans le maintien de l’ordre, est en mesure d’intervenir en hélicoptère à Saint-Malo et Fougères, les deux autres villes placées sous l’égide de la Direction départementale de la sécurité publique.

Une manifestation qui dégénère ? Un épisode de violences urbaines ? De graves troubles à l’ordre public ? Les policiers rennais peuvent désormais prêter main forte à leurs collègues en quelques minutes. Vingt exactement. C’est le temps qu’il faut pour rallier Rennes à Saint-Malo* à bord du nouvel hélicoptère EC 135 de la gendarmerie nationale, basé à Saint-Jacques-de-la-Lande.

Casques, boucliers, lance-grenade...
L’appareil peut embarquer cinq hommes à chaque roulement. Avec tout l’équipement dévolu au maintien de l’ordre : casques, boucliers, jambières, Tonfa et autre Cougar (nouveau lance grenade des forces de police). Des équipes surnommées « stick ». Un terme, emprunté au parachutisme, dont Philippe Cussac, le Directeur départemental de la sécurité publique à l’origine du projet, est un ancien adepte.

« L’été, rallier Saint-Malo en voiture prend parfois plus d’une heure. Cette capacité de projection réduit désormais par quatre nos délais d’intervention », explique Philippe Cussac, qui insiste sur ce nouvel exemple de « mutualisation réussie » des moyens police-gendarmerie

Expérimentée en Charente-Maritime
Les entraînements se sont déroulés en juin sur l’aérodrome de Saint-Jacques-de-la-Lande. Il a notamment fallu résoudre les problèmes de places liés aux tenues et aux matériels utilisés, ainsi qu’acquérir les techniques d’embarquement et de débarquement lors des phases de décollage et d’atterrissage de l’EC 135.

Quasi unique en France, cette capacité de projection héliportée dans le cadre du maintien de l’ordre, avait été créée par Philippe Cussac lors de son passage à la tête de la sécurité publique du département de Charente-Maritime. A l’époque, le fief de Dominique Bussereau, ministre de l’agriculture de Jean-Pierre Raffarin, était régulièrement au prise avec des manifestations de producteurs. K.T. source

*Il faut compter quinze minutes pour rallier Fougères.

Commenter cette brève Répondre à cette brève