En vol avec un Écureuil…

Lundi 4 octobre 2010

Du 27 au 29 septembre, de nombreux Drômois et Ardéchois ont été les témoins d’une activité aéronautique atypique.
Réseau de transport d'électricité (RTE) a surveillé les lignes électriques à haute et très haute tension de la Drôme et de l'Ardèche, à bord d'un Écureuil, l'un des neuf hélicoptères de la flotte RTE - Photo Stéphane MARCÀ quelques mètres des lignes électriques à haute et très haute tension, un hélicoptère “Écureuil”, l’une des neuf machines de la flotte de Réseau de transport d’électricité (RTE) a en effet surveillé les différents ouvrages drômois et ardéchois.

« Les services et travaux héliportés constituent au sein de RTE, une activité aéronautique propre, dédiée à la surveillance, à l’entretien et à la construction des lignes » confie Marc Sagnol, adjoint au directeur chez RTE. « En France, nous utilisons des hélicoptères pour des travaux de maintenance sur le réseau public de transport d’électricité à haute et très haute tension depuis 60 ans. Et chaque, année, 100 000 km de lignes sont visités ».

Pour la surveillance en Drôme et en Ardèche, RTE Rhône-Alpes Auvergne dispose d’un hélicoptère basé à Albertville (73). Aux commandes de l’Écureuil, Bruno Decelle, qui est le pilote qui couvre le plus d’heures de vol : plus de 26 000 heures.

À son bord, des opérateurs, spécialistes des lignes, dont l’activité est de surveiller et d’entretenir le réseau de transport d’électricité. « Ils surveillent le réseau en ayant recours à différentes techniques, comme la thermographie infrarouge qui permet de détecter des “anomalies” sur les câbles. Ils surveillent également l’évolution de l’environnement sous les lignes, vérifient la pousse des arbres… Ces visites permettent de faire de la maintenance préventive et de dépanner avant la panne » ajoute Marc Sagnol.

En “vol de surveillance”, la vitesse de l’Écureuil est d’environ 30 km/h, l’hélicoptère évoluant à 5 mètres des lignes et pylônes… « C’est vrai que cela demande de la maîtrise » reconnaît dans le casque, Bruno Decelle… Thomas ZIMMERMANN source

Commenter cette brève Répondre à cette brève