La Sécurité Civile de Lann-Bihoué dans les Landes

Vendredi 6 février 2009

Deux équipages de la Sécurité Civile de Lann-Bihoué sont allés prêter main-forte aux secours qui sont intervenus dans les Landes après le passage de la tempête Klaus, à la fin du mois dernier.

Jean-Louis Tauziat, Laurent Le Mapihan, tous les deux pilotes, ainsi que Bruno Anquetil et Nicolas Le Dain, mécaniciens navigants de la base de la Sécurité Civile de Lann-Bihoué, se sont envolés à bord de leur hélicoptère EC 145, le 24 janvier dernier, en direction des Landes, au lendemain du passage de la tempête Klaus, qui a causé les dégâts que l’on sait dans le Sud-Ouest du pays. Directement dépêchés par le centre opérationnel du ministère de l’Intérieur, les deux équipages ont rejoint les hélicoptères des bases de Pau, Marignane, La Rochelle et Besançon, eux aussi appelés en renforts.

Une quinzaine de missions
« Nous avons effectué seize missions, dont cinq d’évacuations sanitaires », raconte Nicolas Le Dain, mécanicien navigant, qui ajoute que la plupart des opérations sur place étaient « des missions de reconnaissance, notamment des lignes électriques ». Les hommes de la Sécurité Civile ont constaté des dégâts, mais pour Bruno Anquetil, mécanicien navigant, « pas aussi impressionnants que ce qu’on nous a montré à la télévision ». Il faut dire que ces équipages sont habitués à intervenir lors de catastrophes. On a déjà fait appel à eux, par exemple, lors du naufrage du Prestige ou de l’Erika.

Plus de deux interventions par jour
En tout, ce sont dix personnes qui travaillent à la base de la Sécurité Civile de Lann-Bihoué. Jean-Louis Tauziat, Laurent Le Mapihan, Philippe Devaux, Pascal Diouloufet (pilotes), Christian Merlaud et Philippe Escobar, (mécaniciens au sol), Frédéric Gautier, Jean-Michel Sirot, Bruno Anquetil et Nicolas Le Dain (mécaniciens navigants). Pour la plupart, ce sont d’anciens militaires. Ils effectuent en moyenne 800 missions par an, soit plus de deux par jour, avec un pic lors de la période estivale. source

Commenter cette brève Répondre à cette brève