La pilote Bruno DECELLE dans "MISSION PROTECTION : Chantiers de l’extrême"

Lundi 18 juillet 2016

Diffusé le 17-07-16 sur RMC Découverte
Bruno DECELLE dans "MISSION PROTECTION : Chantiers de l'extrême" - Photo DREntretien des lignes à très haute tension, construction d’un parc d’éoliennes ou encore opération de la dernière chance pour sauver le quai de l´un des plus grands ports européens, ce nouvel épisode de « Mission Protection » s’intéresse à ces chantiers réalisés dans des conditions extrêmes par des ouvriers spécialisés qui mettent quotidiennement leur vie en danger pour réaliser leur mission. Pendant plusieurs mois, nos équipes ont ainsi suivi la soixantaine de « lignards » chargés de réparer les 100 000 kilomètres de lignes à très haute tension du réseau français. Un savoir exceptionnel qui s’exporte aujourd’hui dans le monde entier. Nous avons également assisté à la réfection, 5 mètres sous la surface de l´eau, du port de Cherbourg. Une opération très délicate réalisée par une poignée d’ouvriers scaphandriers qui évoluent dans le froid, l´obscurité et la solitude la plus totale. Les équipes de « Mission Protection » ont également suivi deux chantiers à très haut risque dans lesquels des hommes prennent des risques énormes, parfois perchés à plus de 100 mètres au-dessus du vide : ce sont les ouvriers cordistes du chantier de sécurisation des falaises qui surplombent les routes de Côte d’Azur, ainsi que ceux qui érigent des champs d´éoliennes gigantesques. Enfin, vous découvrirez dans ce numéro l´entraînement des pompiers du Grimp, le Groupe de recherche et d’intervention en milieux périlleux. Comme son nom l´indique, cette unité d´élite est capable d´intervenir n´importe où, n´importe quand, y compris sur les chantiers les plus dangereux. Ils sont les garants de la survie de ces ouvriers de l´extrême en cas d´accident.

- Cliquez ici pour voir ou revoir le reportage.

• Cliquez ici pour lire l’article de Jean-Marie POTELLE intitulé : "Bruno Decelle : un pilote de ligne très au courant".

Commenter cette brève Répondre à cette brève