Mes retrouvailles avec Christian Blugeon

Mardi 14 septembre 2010, par Papycoptere // Jean-Marie Potelle

2 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

Il y a quelques mois j’étais du côté de Chamonix, je suis allé voir mon ami Pascal Brun qui m’a fait faire du B3. J’avais prévu d’aller voir Christian à Morzine mais j’avais ma femme et une amie avec moi qui m’avaient laissé aller à Argentière. N’ayant pas prévenu Christian de mon passage, je n’ai pas voulu le déranger. Connaissant sa passion pour la compétition automobile, je lui téléphonai pour savoir s’il avait l’intention de venir à Albi pour le Grand Prix ; à ma grande surprise il me répondit par l’affirmative.
Cliquez pour agrandir la photo - Christian Blugeon et Jean-Marie Potelle devant la Porsche #34 - Photo © Thierry Gallaway Le jeudi soir, je vis arriver un Ecureuil et pensai que c’était lui. Le vendredi, j’ai pris la direction du circuit qui se trouve sur l’aérodrome et la première chose que j’ai vu c’est le B3 de Christian. En parcourant les stands, je tombe sur celui d’Alméras et sur la voiture N° 34 de Monsieur Blugeon.
Je l’aperçois un peu plus loin, les cheveux blancs sont de plus en plus là. Nous sommes heureux de nous revoir. Pas question de voler, le terrain étant fermé. Mais nous allons tout doucement vers l’hélicoptère. Christian l’ouvre et me donne tee-shirt, casquettes et blouson. J’en suis ravi surtout que sur le tee-shirt à part l’insigne de la compagnie se trouve les différentes machines qui l’ont marqué du Lama au Super Puma et en dessous les 20 000 heures qu’il a effectué, exactement 20 500. L’après-midi, je prends rendez-vous pour venir avec Thierry Gallaway de le Dépèche pour lui consacrer un article.
Cliquez pour agrandir la photo -Jean-Marie Potelle en compagnie de Christian Blugeon et Francis Maurel devant l'AS 350 B3 - Photo © Thierry Gallaway Retour au terrain à 14 heures avec le journaliste qui lui pose bon nombre de questions sur sa carrière hélico et sa passion pour le sport automobile. Pendant que Thierry discute avec les techniciens, nous en profitons pour aller discuter plus loin et parlons des gens que nous connaissons dans le milieu ; certains donnent des nouvelles, d’autres non. La nouvelle réglementation n’est pas en reste.
A la fin de la journée, alors qu’il est parti sur le circuit essayer sa voiture, nous allons à l’hélico pour quelques clichés. Puis nous prenons congé de Christian qui est très occupé en nous promettant de nous revoir à Morzine, chose que je ne raterai pas, cela va de soi !

info portfolio

Commenter cet article Répondre à cet article