Les rassemblements d'hélicoptères

Mardi 27 avril 2010, par Papycoptere // Jean-Marie Potelle

2 Commenter cet article/rubrique A propos de l'auteur Partager cette page Ajouter les articles de cette rubrique à un flux rss [INACTIF] Imprimer la page Envoyez cet article à vos amis [INACTIF]

L’hélicoptère a toujours suscité une certaine curiosité et une certaine admiration. Certes, quelques personnes sont contre à cause de leur tranquillité bafouée et pour certains, c’est un plaisir qui est destiné à une certaine élite. Mis à part cela, tous sont unanimes à dire que l’hélicoptère est un engin salvateur et rendant beaucoup de services dans tous les domaines.
Pour montrer les réelles qualités de ces appareils, il fut décidé de faire des rassemblements devant le public. Le premier eut lieu en 1952 à Issy-les-Moulineaux et fut la première Coupe Internationale d’Hélicoptères. Les appareils de l’époque Hiller 360, Bell 47 et Sikorsky S-55.
Les épreuves temps de montée au sommet de la Tour Eiffel puis navigation Issy-Vincennes-Versailles-Issy par la Seine. Les cadors de l’époque s‘appelaient Jean Moine, Gérard Henry et André Onde.
Puis ce sera l’arrêt car il y avait la guerre d’Indochine et suivra celle d’Algérie.
C’est en 1976 que née la Coupe Henri Bories qui se déroulera à Deauville et au Touquet. La dernière aura lieu en 1979 et sera remportée par Jean Boulet, ancien Directeur des Essais en Vol d’Aérospatiale hélicoptères, assisté de Dominique Orbec. Les épreuves, navigation et parcours de précisions.
1980, va voir Annecy devenir le domaine des hélicoptères car la première Coupe de France va voir le jour grâce à l’initiative de la Sécurité Civile Hélicoptères basée à Meythet. Son équipe comprend Roger Colin, chef de base, René Romet et Michel Durand, pilotes, Jean-Pierre Schuller et Francis Delafosse, mécaniciens. La ville va beaucoup aider cette équipe pour l’accueil des candidats et des visiteurs. Le spectacle sera grandiose, quelques 40 appareils venus de divers pays d’Europe seront présents. Ce rassemblement était convivial, repas dans le hangar, discussion entre pilotes, mécaniciens et passionnés des voilures tournantes. Le samedi, les épreuves de navigation et de précisions attiraient les spectateurs. Le dimanche, démonstrations en vol et en fin de journée départ pour regagner son point d’origine.
1981 verra une première équipe de France participer aux Championnats du Monde de la spécialité en Pologne. Certes, le résultat ne fut pas brillant mais avec une Alouette 2 et peu d’heures d’entraînements difficile de faire mieux face aux Américains et aux Russes.
1982, rebelote à Annecy et même succès avec quelques machines en plus. Toujours la même convivialité mais de grosses pointures ont participé : Jean moine, Jean Boulet, Claude Aubé, Roland Fraissinet. Il faut dire qu’un rassemblement du Secours Héliporté avait été programmé pour le samedi.
1984 sera le dernier rassemblement à Annecy avec plus de 80 appareils sur le terrain, un record. Les vedettes furent Michel Chevalet et surtout Philippe de Dieuleveult. Au niveau des équipages se mettront en valeur Pierre Champeroux et Pierre Perdereau.
Pour ma part, je faisais parti de l’organisation et m’occupais de la presse et j’avais fait venir mes élèves pour leur faire découvrir le vol en Montagne.
Il faudra attendre 1988 pour connaître les Championnats de France qui sont reconduits tous les ans sauf l’année dernière où j’avais proposé Albi où je vis actuellement mais cela n’a pu se faire. Je ne baisse pas les bras et espère pour 2011 puisque pour cette année c’est en Suisse que cela va se passer à Grenchen exactement. Juliette et Alain Bouchez auront marqué ces divers championnats.
Il faut également signaler que la France a organisé deux Championnats du Monde l’un à Chantilly et l’autre à Rouen dont les vedettes furent Michel Drucker, Corinne Touzet et François-Eric Gendron, puis un Championnat d’Europe à Montbéliard.
Il faut savoir que les épreuves sont pratiquement toujours les mêmes et permettent de sélectionner les équipages pour les championnats du Monde qui ont lieu tous les 4 ans. Il faut en cela une parfaite harmonie entre le pilote et son accompagnateur.

D’autres rassemblements remarquables ont lieu également comme celui de SARLAT qui présente toujours un gros plateau avec hélicoptères légers comme R 22 et Cabri et qui attire de plus en plus de monde. Pour info, cette année ce sera les 19 et 20 juin.
Mis à part ces festivités, il faut savoir que des rassemblements ont également lieu chez les militaires à Dax Ecole de l’ALAT, au Luc également ALAT, à Phalsbourg et à Valence. Certes, pas de compétition mais expositions de matériels et bien sûr démonstrations en vol.

A noter que nos confrères suisses, allemands, anglais ont leur propre championnat et quelques français y participent. En 1989, j’ai même été l’invité d’Honneur de la Coupe de Suisse ; un honneur pour moi.
Quelques salons ont également vu le jour comme celui de Monaco mais sans grand succès.
Pourquoi ne pas envisager un Salon de l’hélicoptère au Musée de l’Air du Bourget ? J’en avais parlé avec Gérard Feldzer et je pense qu’un jour cela arrivera. Je crois sincèrement que l’hélicoptère continuera à intéresser les jeunes et moins jeunes tant cet appareil fascine et beaucoup se posent la question « Comment ça vole ».

Les épreuves

La navigation
Le parcours s’effectue sur plus de 100 km, dévoilé 5 minutes avant le départ. L’équipage devra retrouver une multitude de points isolés en pleine nature ou bien larguer dans un temps record des sacs sur des cibles relativement petites avec interdiction de d’avoir une vitesse inférieure à 30 km/h. Au terme de ce parcours, une charge légère devra être déposée au bout d’une corde dans une ouverture percée dans un plan incliné.

Le Carré
C’est une épreuve à hauteur et cap constant sur un carré de deux cents mètres de périmètre. Tout au long de ce parcours l’hélicoptère se situera entre 2 et 3 m mesuré par deux cordes plombées fixées aux patins. La plus longue doit être toujours en contact avec le sol et la plus courte ne doit jamais le toucher. La verticale du tracé doit être respectée et le nez de l’appareil pointé dans la même direction.

Le Fender
C’est la dépose rapide de charges. Ce sont des pare battages, énormes boudins qu’il faut déposer rapidement dans des conteneurs de diamètre à peine supérieur au leur. Chaque Fender, 3 en tout, dispose d’une longueur propre de câble (4, 6, 8 m ). Les conteneurs sont disposés au hasard dans un carré de 50 m de côté. Chaque Fender doit être largué en moins de 10 secondes.

Le Slalom
C’est un passage de piquets, 12 en tout, avec un seau rempli d’eau. A l’issu de ce parcours, ce dernier doit être déposé sur table avec une longueur de corde passée à 11 m.

Le Free Style
Cette épreuve est facultative. Elle permet au pilote de s’exprimer dans un espace de 500 m de côté et 150 m de haut. Durée 4 mn.

Merci au photographe David Gasnier (www.davidgasnier.com) pour ses clichés.

Commenter cet article Répondre à cet article

2 Messages

  • Les rassemblements d’hélicoptères 28 juillet 2010 00:15, par Michèle Darèes

    Bonjour,
    Intéressée par votre article, la coupe Henri Bories fait-elle référence à Henri Bories 1er propriétaire d’avion civil en Algérie dans les années 1925-1930 ?
    Merci par avance pour votre réponse.
    Bien cordialement,
    Michèle Darèes, compagne d’Henri Bories, petit-fils d’Henri Bories cité plus haut.

    repondre message

  • Les rassemblements d’hélicoptères 11 février 2011 20:27, par Elke

    Bonjour,
    Vous évoquez Pierre Perdereau dans votre article, avez-vous des informations le concernant ?
    A-t-il été présent en Allemagne en 56/57 ?
    Merci.
    Elke

    repondre message