L’émouvant adieu des gendarmes du ciel à leur ancien chef, Daniel Leimbacher

Vendredi 5 juillet 2019

Pour son ultime vol, le général (2S) Daniel Leimbacher, décédé brutalement dimanche dernier des suites d’un accident cardiaque, a reçu ce vendredi à Fréjus (Var) un hommage à la hauteur de son incomparable aura. Présidés par le général d’armée Richard Lizurey, directeur général de la Gendarmerie, les honneurs militaires lui ont été rendus. (1)

Un défilé aérien surprise et très applaudi de la place de la basilique Saint-Léonce par trois “hélicos bleus” a clôturé la cérémonie militaire. (2) Puis, porté par huit membres des forces aériennes, tous proches du défunt, le cercueil recouvert du drapeau tricolore a été longuement applaudi et salué.

Daniel Leimbacher était une figure emblématique de la Gendarmerie
Dans une basilique bondée, c’est le directeur général, qui a pris la parole en premier. Rendant “hommage à un mari, à un père, à un frère, enlevé trop vite à l’affection des siens“, le général Lizurey a longuement salué “l’une des figures emblématiques de la Gendarmerie qu’il a non seulement servie mais qu’il a contribué à construire et à rendre plus forte”.

Puis, il a parlé du “chef respecté qui aimait ses gendarmes et qui avait toujours le souci de l’autre, jusqu’au plus humble de ses subordonnés”.

Le directeur général a évoqué “un pilote d’exception, un pédagogue hors pair, un expert unanimement reconnu dans le monde aéronautique, mais aussi un homme unique, un ami”.

Richard Lizurey ,ému, s’est ensuite adressé directement à celui que ses camarades et amis appelaient “Babache“ : “L’amitié était sacrée pour toi, et partout où tu passais, ta présence rayonnante était pour chacun de ceux qui te croisait une joie et un moment privilégié“.

D’aspirant dans l’infanterie dans le Jura à chef des “hélicos bleus”
Retraçant l”incroyable carrière” débutée dans son Jura natal comme officier de réserve au 60ème RI de Lons-le-Saunier (Jura), le directeur général a mis en exergue le bilan du général Leimbacher.

En 12 ans à la tête des gendarmes du ciel, tu accomplis une oeuvre considérable, opérationnelle comme structurelle : la transformation des forces aériennes et le développement de la coopération internationale“.

Tu mènes avec brio les discussions complexes et les négociations avec la direction générale de l’armement et les industriels pour faire entrer ton unité de plain-pied dans le XXIème siècle” a poursuivi le patron des gendarmes. “Plus que tout” Daniel Leimbacher “érigeait en priorité absolue la sécurité des vols” a encore dit le directeur général.

Soldat de la loi dans l’âme, pilote dans le cœur, tu étais qualifié sur une vingtaine d’aéronefs et comptabilisais près de 7000 heures de vol, aux cours desquelles tu as pris part au secours de de plus de 1250 personnes.. 1250 personnes qui te doivent la vie.

Tu étais l’amour du drapeau, la foi dans ton métier et ton Arme, la conviction, la discipline
Enfin avant de lui dire “adieu Daniel, adieu “Babache“, adieu mon ami”, Richard Lizurey s’est fait plus personnel : “tu étais la jovialité, la finesse, la joie de vivre, l’attention aux autres ; tu étais l’amour du drapeau, la foi dans ton métier et ton Arme, la conviction, la discipline ; c’est grâce à toi que les forces aériennes ont à présent leur étendard décoré de la médaille de l’aéronautique, une fierté pour le soldat que tu étais ; tu étais un chef obéi d’amitié, un pilote hors pair, un moniteur qui aura formé des générations de pilote, un ancien impliqué dans la vie de ta promo, dans la vie de tes unités”.

Puis, ce sont ses deux frères, Alain et Bernard, puis ses belles-sœur, et enfin ses trois fils, Jérôme, Frédéric et Jonathan qui ont évoqué avec des mots choisis le frère, beau-frère et le père qu’il était. La famille s’était habillée en blanc pour cet adieu qui s’est achevé par l’inhumation dans l’intimité familiale. Source lessor.org

(1) En présence du général de corps d’armée Hervé Renaud, adjoint au major général, du général de corps d’armée Marc Lévêque, commandant de la région PACA et la zone de sécurité sud ; du général de division Philippe Debarge, adjoint au commandant de la Gendarmerie d’outre-mer ; du colonel Alexandre Malo, commandant du groupement du Var ; et de très nombreux généraux en deuxième section de la Gendarmerie mais aussi de l’aviation légère de l’armée de terre (ALAT) très représentée.

Les gendarmes du ciel, en combinaison de vol, étaient évidemment très nombreux autour du colonel Emmanuel Sillon, leur chef, entouré de ses deux adjoints, les colonels Laurent le Goff et Jean-Paul Bloy. Presque toutes les unités des FAG étaient représentées dont celle de Rennes que Daniel Leimbacher avait commandé au début de sa carrière.

De nombreux présidents d’associations à commencer par les “ailes de la Gendarmerie“, mais aussi les “amis de la Gendarmerie” dont il était membre, étaient présents pour dire au revoir à celui qui était aussi un fils de gendarme, le major Raymond Leimbacher.

Le monde de l’aéronautique était également présent car Daniel Leimbacher auquel l’union française de l’hélicoptère (UFH) rend hommage sur son site était reconnu. Il avait reçu la pâle d’or de l’UFH l’an dernier.

(2) Commandé par le lieutenant-colonel Jean-Marie Demain, commandant du groupement des FAG de Hyères (Var).

- Cliquez ici pour en savoir plus sur le général Daniel Leimbacher.

Commenter cette brève Répondre à cette brève