Gaétan Mestivier a réalisé son rêve : il est pilote dans l’aéronavale

Dimanche 28 décembre 2008

Touquettois d’adoption, Gaétan Mestivier recevra dans quelques jours son brevet de pilote d’aéronautique navale à Camaret-sur-Mer. L’aboutissement d’un rêve d’enfant
Normalement, il devrait aujourd’hui porter un costume cravate. Quand il a décroché son bac "S" au lycée de Berck, Gaëtan Mestivier avait commencé une prépa HEC.« Mais j’ai réalisé que je ne me voyais pas vraiment derrière un bureau et j’ai repensé à réaliser mon rêve d’enfant : devenir pilote ».
Après avoir été qualifié pour l'appontage sur le porte avion américain Eisenhower, Gaétan poursuit sa carrière comme pilote d'hélicoptère dans la marine.Commence alors un parcours de sept ans qui n’est pas simple. Il existe en effet deux filières d’accès au métier de pilote d’hélicoptère de l’aéronautique navale. La première est interne et concerne les officiers issus de l’École Navale. La seconde est ouverte aux civils âgés de moins de 23 ans et titulaires d’un baccalauréat. C’est celle que va suivre Gaëtan. Dans les deux cas, l’aptitude du candidat à suivre la formation est évaluée dès le départ, au cours de la sélection en vol sur avion, à Lanvéoc, en Bretagne.

Un parcours et plusieurs écoles
Le candidat jugé apte prend alors la direction de l’école de l’application de l’aviation légère de l’armée de terre de Dax. Puis la formation de futur pilote d’aéronautique navale se poursuit par un stage de vol aux instruments de quatre mois au Luc en Provence.
C’est après cette étape que le pilote intègre l’ESHE de Lanvéoc pour accomplir le stage dit de « navalisation », dernière étape de sa formation. C’est au cours de ce stage de huit mois que les futurs marins du ciel apprennent l’essence même de leur métier : le vol et le travail au-dessus de l’eau. Gaëtan a suivi toutes ces étapes, mais en 2002, il poursuit sa formation à l’école de pilotage de l’armée de l’Air de Cognac.

Qualifié à l’appontage sur le porte-avions Eisenhower
Au printemps 2003, il est admis en préspécialisation chasse et s’envole en octobre 2004 vers la ville de Meridian dans le Mississipi pour poursuivre sa formation sur chasseur embarqué. Il obtient en janvier 2006 sa qualification à l’appontage sur le porte-avions américain Eisenhower.
Il est alors au sommet de son art. « Dans le métier de pilote, il y a plusieurs niveaux. Le pilote de l’aéronavale est le métier le plus prisé ». Dans la Marine, un pilote doit savoir se poser sur un porte-avions, c’est à dire se poser et s’immobiliser sur une bande de quelques dizaines de mètres. Pour décoller, il est « catapulté » avec un système hydraulique, le même qui sert à « crocheter » l’appareil quand il se pose sur le porte-avions.
« Avant de se poser sur un porte-avions, on se pose 5000 fois à terre, sur une piste qui est la réplique exacte de celle d’un porte-avions et qui est équipée des mêmes systèmes d’appontage et de catapultage » explique Gaëtan. C’est seulement quand le pilote est prêt qu’il peut apponter sur le bateau, et c’est seulement au bout de dix appontages parfaitement réussis qu’il est « qualifié ».

Un jour peut-être au détachement touquettois ?
Aujourd’hui Gaëtan a été réorienté vers l’hélicoptère, un appareil qui le passionne. « On fait beaucoup plus de choses en hélicoptère. L’hélicoptère, dans la marine, de nombreux bâtiments de guerre en sont armés. Il y a les hélicos de combat, d’assaut, de transport » explique celui qui rêve maintenant de revenir au Touquet au détachement de la Marine Nationale. Un Touquet où il s’est enraciné et surtout où vit sa fiancée Virginie Bergounioux. Aujourd’hui, il est aspirant, en attendant d’être enseigne de vaisseau dans quelques mois.
Pour l’instant, Gaëtan est affecté à l’escadrille 22 S de Lanveoc. Mais chaque fois qu’il le peut, il pose ses valises au Touquet. Il aime la station, où son père a longtemps travaillé au golf.
Mais là où se trouve Gaëtan, la mer n’est jamais très loin... Pierre Leduc source

Commenter cette brève Répondre à cette brève