Fighting Girl : Valérie ANDRÉ

Jeudi 15 juin 2017

Those familiar with Whirly-Girls, the international association of women helicopter pilots, may have noticed the name of Valérie André in its website’s historical section. Women in the French military — and probably elsewhere in the world — owe her a lot.

André pioneered the use of helicopters in medical evacuations and was the first woman to become a general officer in France. Valerie André en mai 2017 à son domicile , tenant un modèle réduit de l'hélicoptère Hiller 360 - Photo © ‎Thierry Dubois Now 95, she has a vivid memory of her key role in the First Indochina War in the early 1950s and unfaltering convictions about the place of women in the armed forces.

André has lived in Issy-les-Moulineaux, less than one mile from Paris heliport, since the 1950s. This proximity almost happened by accident, but the location of the apartment, on the top floor of a six-story building, did not. “I wanted a lot of sky,” she told Vertical during a recent visit. André’s passion for flying has spanned her entire life.

Before joining French forces, she logged a few hours in fixed-wing aircraft at a flying club. She also was a parachutist. “At the end of my medical studies, the dean of the faculty of medicine told us the military in Indochina did not have enough doctors ; he suggested us to join the army under a fixed-term contract to see whether we liked it,” she recalled. She was taken with it.

She trained as a war surgeon, and as a parachutist, she was used in advanced surgical units. However, a helicopter demonstration in Saigon during the spring of 1950, changed her life. Two Hiller 360s were configured as air ambulances. She took a flight in one of the external stretchers.

André was not the first to realize it would be better to go and fly the patient back, rather than being dropped with heavy equipment and a battalion for protection. But she strongly supported the idea and, as a surgeon, wanted to make the most of it. She wanted to become a helicopter pilot. “I besieged my superior,” she said.

Le premier vol en solo de Valérie André sur un Hiller 360 en tant que pilote d'hélicoptère, le 30 août 1950, dans les installations de formation d'Helicop'Air - Photo DRThe superior eventually sent her back to France, where a civil company, Helicop’Air, provided the training. Paradoxically, she never received a military pilot certificate during her career, yet logged over 4,000 hours in helicopters and flew almost 500 war missions. She was symbolically awarded certificate number 001 during a tribute ceremony in 2010.

André has a determined nature. In a book where she describes her experience between 1949 and 1953 during the First Indochina War, she does not sound impressed by fire ; rather, she expresses sadness about all the destruction the conflict caused. However, she still thought of the warzone as a normal workplace for her.

As a pilot and surgeon, she would fly to an assigned combat area and, once there, triage casualties. Sometimes, she would do the surgery on site. In Indochina, she would heal both the French and the Vietnamese, she emphasized. The Hiller’s limited engine power sometimes presented a challenge. The engine’s 178 horsepower had to lift the aircraft, one pilot and one or two casualties. “We were happy when we had to carry skinny ones !” André said. Locals gave her nicknames. One was “The woman who comes down from the sky.” The other one was “Quekat” — Vietnamese for “Mrs. Ventilator.

André also flew during the Algerian decolonization war. She was the head physician of a squadron of H-19s, H-34s, (both Sikorsky types), Alouettes and Alouette 2s. “In addition, I was a pilot in my own right,” she added. She was flying not only for medical evacuation purposes. There were assault missions, too, with eight or nine commandos — “all armed to the teeth.”

Valérie avec son hélicoptère Hiller Model 360 (UH-12) en Indochine en 1951. Collection Philippe BoulayTo manage such a career, André not only had the right stuff — she also was lucky, she admits. An engine failure in Indochina caused her helicopter to crash in a hostile area, but she escaped unharmed. During the same period, her weight — less than 100 pounds — allowed her to fly along with another officer before she could solo. She thus learned a lot, whereas a heavier person would not have been let in the Hiller. She later married the officer who trained her, Alexis Santini.

André had mixed feelings about the male environment. In her book, she tells about day-to-day camaraderie and this is still, today, the dominant memory for her. However, the book also described how the official organization tended to leave women behind. On a waiting list for helicopter training, she was behind other people simply because they were men. At another point, she heard that being a female parachutist was prejudicial to “men’s prestige.”

In 1976, French TV reported about her being the first female general officer in the country. In the report, the first comments were about the way she prepared meals. In 1981, then-defense minister Charles Hernu wrote to her. She was a general and close to the end of her career. Hernu offered her the opportunity to be chairperson of a commission created to study the future of the military woman. “I accepted, of course,” she says. There were 28 people in the commission, including members of the parliament and military.

Our goals were to open all disciplines to women, ensure they could participate in leadership — which had not been the case so far, as they were confined to administrative tasks — and guarantee they could get promotion, on an equal basis with boys.” Meetings were sometimes stormy. De gauche à droite : Le capitaine Alexis SANTINI, le premier pilote d'hélicoptère militaire en France, le médecin capitaine Valérie ANDRÉ et l'Adjudant-chef Henri BARTIER - Photo DR collection Philippe Boulay But André believes the commission’s work was fruitful. “I wanted women to be real combatants, not just airclub pilots,” she recalled. However, at the time, she realized mentalities were not ready to accept female fighter pilots. Those opposing such progress were citing “ethical reasons,” a reaction that André now characterizes as “imbecilities of an earlier era.

The final report made two kinds of propositions. Some would be for immediate application, some others for the longer term. “Now, everything is established,” André said, adding that she believes there is no longer a difference between women and men in France’s armed forces.(...) Lire la suite sur verticalmag.com


- Cliquez ici pour lire la traduction en français de cet article (voir ci-dessous).

Fille de combat : Valérie ANDRÉ
Ceux qui connaissent bien Whirly-Girls, l’association internationale des pilotes d’hélicoptères féminins, ont peut-être remarqué le nom de Valérie André dans la section historique de son site. Les femmes dans l’armée française - et probablement ailleurs dans le monde - lui doivent beaucoup.

André a été la pionnière de l’utilisation d’hélicoptères dans les évacuations médicales et a été la première femme à devenir officier général en France. Maintenant, à 95 ans, elle a un souvenir très présent de son rôle clé dans la première guerre d’Indochine au début des années 1950 et des convictions infondées sur la place des femmes dans les forces armées.

André a vécu à Issy-les-Moulineaux, à moins d’un mille de l’héliport de Paris, depuis les années 1950. Le capitaine Valérie ANDRÉ (célèbre médecin-pilote d'hélicoptère) remet les insignes aux nouveaux pilotes d'hélicoptère - Sikorsky H-19 en arrière-plan - Cérémonie sur la Base Ecole du Bourget-du-Lac, le 18-11-1956 - Phto DR Interpress Cette proximité s’est presque produite par accident, mais l’emplacement de l’appartement, au dernier étage d’un immeuble de six étages, ne l’a pas fait. "Je voulais beaucoup de ciel", a-t-elle déclaré à Vertical lors d’une récente visite. La passion de André pour le vol a traversé toute sa vie.

Avant de rejoindre les forces françaises, elle a effectué quelques heures de vol avion dans un aéroclub. Elle était aussi un parachutiste. "À la fin de mes études médicales, le doyen de la faculté de médecine nous a dit que les militaires en Indochine n’avaient pas assez de médecins ; Il nous a suggéré de rejoindre l’armée dans le cadre d’un contrat à durée déterminée pour voir si nous l’avons aimé ", a-t-elle rappelé. Elle a été emmenée avec elle.
Elle s’est formée comme chirurgienne de guerre et, en tant que parachutiste, elle a été utilisée dans des unités chirurgicales avancées. Cependant, une démonstration d’hélicoptère à Saïgon au printemps 1950 a changé sa vie. Deux Hiller 360 ont été configurés comme ambulanciers aériens. Elle a pris un vol dans un des brancards extérieurs.

André n’a pas été la première à se rendre compte qu’il serait préférable d’aller faire voler la patiente, plutôt que d’être abandonné avec du matériel lourd et un bataillon de protection. Mais elle a fortement soutenu l’idée et, en tant que chirurgien, voulait en tirer le meilleur parti. Elle voulait devenir pilote d’hélicoptère. "J’ai assiégé mon supérieur", dit-elle.

Le supérieur l’a finalement renvoyé en France, où une société civile, Helicop’Air, a fourni la formation. Paradoxalement, elle n’a jamais reçu de certificat de pilote militaire pendant sa carrière, mais a enregistré plus de 4 000 heures d’hélicoptères et a effectué près de 500 missions de guerre. Elle a reçu symboliquement le certificat numéro 001 lors d’une cérémonie d’hommage en 2010.

André a une nature déterminée. Dans un livre où elle décrit son expérience entre 1949 et 1953 pendant la première guerre d’Indochine, elle ne semble pas impressionnée par le feu ; elle exprime plutôt la tristesse de toute la destruction du conflit. Cependant, elle pensait toujours à la zone de guerre comme étant un lieu de travail normal pour elle.

À titre de pilote et de chirurgien, elle volerait sur une zone de combat assignée et, une fois là, des victimes de triage. Parfois, elle faisait l’opération sur place. En Indochine, elle guérirait les français et les vietnamiens, a-t-elle souligné. La puissance limitée du moteur de Hiller a parfois présenté un défi. Les 178 chevaux du moteur ont dû soulever l’avion, un pilote et une ou deux pertes. "Nous étions heureux quand nous avons dû porter des maigres !" a déclaré André. Les sections locales lui ont donné ses surnoms. L’un était « La femme qui descend du ciel ». L’autre était « Quekat » - Vietnamien pour « Mme Ventilateur. »

André a également volé pendant la guerre de décolonisation algérienne. Elle était la principale médecin d’un escadron de H-19, H-34, (tous deux de type Sikorsky), Alouette et Alouette 2. "En plus, j’étais un pilote à part entière", a-t-elle ajouté. Elle volait non seulement à des fins d’évacuation médicale mais il y avait aussi des missions d’assaut avec huit ou neuf commandos : « tous armés jusqu’aux dents ».
Valérie André en compagnie de Alexis Santini à leur domicile de à Issy-les-Moulineaux, le 23 avril 1976 - Photo Jean Tesseyre Getty ImagesPour gérer une telle carrière, André n’a pas seulement le bon truc - elle a également eu de la chance, admet-elle. Une panne du moteur en Indochine a provoqué l’accident de son hélicoptère dans une zone hostile, mais elle s’en est sortie indemne. Au cours de la même période, son poids - moins de 100 livres - lui a permis de voler avec un autre agent avant de pouvoir le faire en solo. Elle a beaucoup appris, alors qu’une personne plus lourde n’aurait pas été laissée dans la mine. Elle s’est ensuite mariée avec l’officier qui l’a entraînée, Alexis Santini.

André avait des sentiments mitigés à propos de l’environnement masculin. Dans son livre, elle raconte la camaraderie au jour le jour et c’est encore, aujourd’hui, le souvenir dominant pour elle. Cependant, le livre a également décrit comment l’organisation officielle tendait à laisser les femmes derrière. Sur une liste d’attente pour une formation en hélicoptère, elle était derrière d’autres personnes simplement parce qu’elles étaient des hommes. À un autre point, elle a entendu dire que le parachutiste féminin était préjudiciable au « prestige masculin ».

En 1976, la télévision française a rapporté qu’elle était la première femme officieuse générale dans le pays. Dans le rapport, les premiers commentaires portaient sur la façon dont elle préparait les repas. En 1981, le ministre de la Défense Charles Hernu lui a écrit. Elle était générale et proche de la fin de sa carrière. Hernu lui a offert l’opportunité d’être président d’une commission créée pour étudier l’avenir de la femme militaire. "J’ai accepté, bien sûr", dit-elle. Il y avait 28 personnes dans la commission, y compris des membres du parlement et des militaires.

"Nos objectifs étaient d’ouvrir toutes les disciplines aux femmes, de s’assurer qu’elles pouvaient participer au leadership - ce qui n’avait pas été le cas jusqu’ici, puisqu’elles se limitaient aux tâches administratives - et garantissaient qu’ils pourraient obtenir une promotion, sur un pied d’égalité avec les garçons". Les réunions étaient parfois orageuses. Mais André croit que le travail de la commission a été fructueux. "Je voulais que les femmes soient de vrais combattants, pas seulement des pilotes d’aéroclub", a-t-elle rappelé. Cependant, à l’époque, elle a réalisé que les mentalités n’étaient pas prêtes à accepter les pilotes féminins. Ceux qui s’opposent à de tels progrès ont cité des « raisons éthiques », une réaction qu’André représente aujourd’hui comme « imbécillités d’une époque antérieure ».
Le rapport final a fait deux types de propositions. Certains seraient pour une application immédiate, d’autres à plus long terme. "Maintenant, tout est établi", a déclaré André, ajoutant qu’elle croit qu’il n’y a plus de différence entre les femmes et les hommes dans les forces armées françaises.
Ce n’était pas facile, mais, pour son contentement, " toutes les filles [pittoresques] étaient formidables ; elles étaient très douées. Si elles n’étaient pas si performantes ou pas si motivées, nous aurions été très critiquées. "

Parmi d’autres décorations, Valérie André a reçu la légion du mérite des États-Unis.

- Cliquez ici pour en savoir + sur Valérie ANDRÉ.

Commenter cette brève Répondre à cette brève