Cécile BOTTA, une femme de l’air

Mardi 23 avril 2013

Avec plus de 450 000 passagers transportés et plus de 60 000 heures de vol à son compteur, la société Helilagon a 25 ans d’existence. Cécile Botta est l’une des sept pilotes qui composent l’équipage de la société. Et elle assure !
A tout juste 40 ans, Cécile Botta compte à son actif plus de 6000 heures de vol, dont 4000 en hélicoptère - Photo © Gaël EcotA tout juste 40 ans, Cécile Botta compte à son actif plus de 6000 heures de vol, dont 4000 en hélicoptère. Depuis toute petite déjà, son rêve était de devenir pilote de chasse. "Mes parents n’étaient pas très emballés au départ mais quand ils se sont rendus compte que ce n’était pas qu’une envie passagère, ils m’ont encouragée", se souvient-elle. Et c’est à l’âge de 14 ans qu’elle effectue son baptême de l’air, en commençant le vol à voile. Son objectif : entrer dans l’armée de l’air. Un objectif atteint, pour le plus grand plaisir de la jeune femme. "Je suis consciente de la chance que j’ai eu d’avoir pu réaliser ce rêve d’enfant. J’ai eu l’opportunité de faire les bonnes rencontres au bon moment", se réjouit Cécile Botta.
De 1999 à 2002, elle intègre l’équipe de la base aérienne de Gillot et se spécialise dans le pilotage d’hélicoptère. Entre Madagascar, Mayotte, l’île Maurice, la Guyane ou encore l’Afrique, sa profession de pilote dans l’armée la fait beaucoup voyager. Puis est venu le temps de penser à sa reconversion. Et elle n’a pas hésité longtemps avant de choisir l’endroit où elle allait se poser. C’est tout naturellement qu’elle choisit La Réunion et la société Helilagon.

La Réunion vue du ciel
De retour sur l’île depuis un peu plus de deux ans, elle est la seconde pilote d’hélicoptère professionnelle de l’île, après Nadine Oya qui, elle, a choisi d’exercer sa profession à la fois à La Réunion et en métropole. Un métier qui ne lui laisse pas le temps d’entrer dans une routine. "On n’a jamais fini d’apprendre. Avec plus de 450 000 passagers transportés et plus de 60 000 heures de vol à son compteur, la société Helilagon a 25 ans d'existence. Cécile Botta est l'une des sept pilotes qui composent l'équipage de la société - Photo © Gaël Ecot Chaque vol est réalisé avec un certain recul et demande de toujours rester en éveil, de veiller sur les choses. Mais l’hélico reste une machine très fiable, je n’ai jamais rencontré de problème particulier. Ma plus grosse frayeur c’était en planeur au beau milieu des Alpes enneigées", raconte la pilote.
Des missions, elle en effectue de toute sorte : travail aérien avec des opérateurs qui ont besoin d’hélicoptère comme le SDIS, l’ONF ou encore les sociétés des eaux, ravitaillement du cirque de Mafate… "C’est un plaisir en tant que pilote de pouvoir aider les gens. L’aspect humain est très important".
Pour Cécile Botta, son environnement de travail représente également beaucoup. "J’ai la chance de pouvoir continuer à apprendre mon métier entourée de gens passionnés et professionnels avec une grosse expérience en aéronautique. J’ai le sentiment que tout le monde oeuvre dans le même sens, avec un même objectif : celui de satisfaire au mieux les clients qui viennent voler avec nous".
Plus qu’un métier pour elle, voler est une véritable passion. "Je m’ennuie quand je ne vole pas, peut-être parce que je n’ai rien trouvé à côté d’aussi exaltant. Cette sensation extraordinaire d’être en l’air. Et puis le métier de pilote c’est une remise en cause personnelle constante". (...) Lire la suite sur femmemag.re

Commenter cette brève Répondre à cette brève