René Romet fête ses 60 ans derrière le manche

Lundi 4 mars 2013

Trois pilotes des forces spéciales de l’Armée de l’air descendent d’un hélicoptère Écureuil, sur la base de Meythet. Ils viennent de prendre un cours de vol en montagne dans le massif du Mont-Blanc avec René Romet. Des sortes de “Top Gun” qui sont propulsées dans les endroits les plus critiques de la planète. La fine fleur française du manche en quelque sorte, qui a officié notamment en Afghanistan ou bien encore en Libye.

Alors quand ils vous disent qu’ils sont venus « boire les paroles du maître », forcément, vous les croyez !

Le maître d’ailleurs, où est-il ? Dans les locaux de la société Héli Secours Assistance, qu’il a fondée en 1995 à Meythet. Combinaison orange de pilote et écharpe noire, il s’est effacé pour laisser la parole à ses disciples.

17 000 heures de vol en 60 ans
Même s’ils ne connaissent pas en détail la carrière militaire et civile de leur mentor, ils en détiennent les chiffres essentiels : 17 000 heures de vol en 60 ans, 6150 secours et sauvetage en montagne, dont 3900 pour le peloton de gendarmerie de haute montagne (PGHM) de Chamonix et 270 missions de guerre. Et puis vous ajouterez sept crashes dont deux en mer… pour la bonne bouche.

De quoi tailler une armure de héros à René Romet, que le Haut-Savoyard lambda n’a pas souvent l’occasion de croiser. Et heureusement pour lui car cela voudrait dire qu’il a été extirpé des mâchoires des glaciers par monseigneur.

René est donc un personnage plus “visible” dans les cieux que sur terre. Peu de chance de le rencontrer au théâtre ou à la plage. Excepté au restaurant “Le clocher” d’Annecy-le-Vieux, où il a établi sa cantine. Le lion à la crinière blanche qui parle (fort) de l’Indochine, de l’Algérie ou bien encore de Suez, c’est lui.

Parce que l’homme a aussi une carrière militaire à faire pâlir d’envie les plus gradés. L’aventure, plus que les années, a brodé ses galons.

Un christ de 135 kilos sur la Dent du Requin
Le chevalier du ciel a été promu officier de la Légion d’honneur en 2007. Dans quelques mois, il devrait recevoir une distinction supérieure… Histoire d’aller grattouiller l’échine de la notoriété d’un peu plus haut. Prendre de l’altitude pour mieux voir le monde fourmiller sous ses pieds. Comme en hélicoptère. (...) Lire la suite sur ledauphine.com

• Cliquez ici pour en savoir plus sur René Romet au travers de l’article de Jean-Marie Potelle.

Commenter cette brève Répondre à cette brève