Pilote d’hélicoptère pour le réseau haute tension depuis 30 ans

Vendredi 1er juillet 2011

Bruno Decelle s’est formé au pilotage d’hélicoptère dans l’aviation légère de l’armée de terre. Puis, en 1981, il s’est engagé dans l’unité héliportée du réseau de transport d’électricité. Pilote professionnel, il effectue des visite de lignes haute tension et des travaux de levage à bord de son Ecureuil B3. Rencontre avec un homme aussi expérimenté qu’avisé.
Bruno Decelle - Photo Etienne Follet / RTEAvec plus de 25 000 heures de vol en 30 ans d’activité, Bruno Decelle est le plus ancien pilote d’hélicoptère au service du réseau de transport d’électricité. Il sillonne les lignes à haute tension pour détecter les défauts éventuels. Et, lors de réparations du réseau, il héliporte hommes et charges lourdes au plus près des chantiers, souvent difficiles d’accès.

Basé à Albertville depuis les années 90, il a fait le choix de la montagne car les missions y sont plus variées qu’en plaine, et techniquement spécifiques. « Avec l’altitude, on est conduit à travailler avec des performances machines réduites. Ça peut devenir très complexe, surtout en période hivernale avec vent, neige ou givre ». Au-delà de la technique, parmi ses plus belles satisfactions : l’aide qu’il apporte aux lignards et aux habitants quand il contribue à réparer le réseau endommagé. « Rendre service fait partie du métier ».

Sobre et discret, il raconte ses débuts. « J’ai commencé à voler pour mon loisir à 18 ans, sur avion léger. Pendant mon service militaire, j’ai découvert l’hélicoptère : j’étais à bord de l’une de ces machines pour régler des tirs d’artillerie. Je me suis engagé ensuite, à 20 ans, comme élève pilote d’hélicoptère dans l’armée de terre. » Ainsi a commencé la carrière professionnelle de Bruno, qui depuis lors n’a cessé de voler : 180 heures par an à l’armée de terre (pendant 5 ans) et plus de 800 heures de vol par an en moyenne, au-dessus du réseau de transport (pendant 30 ans). (...) Lire la suite sur audeladeslignes.com

Commenter cette brève Répondre à cette brève