Aline Pauchard, du mannequinat au foyer pour handicapés ... en passant par l’hélico

Jeudi 6 mai 2010

Sa première vie
Aux commandes d'un Bell 47 G2 - Photo © Aline PauchardEntre 17 et 25 ans, parallèlement à des études de droit, j’ai été mannequin pour des pubs, et j’ai eu des petits rôles dans quelques films. J’ai aussi posé pour les romans photos de Nous Deux ! Ce métier me plaisait, même si je savais bien qu’il serait de courte durée.

Le déclic
Aline aux commandes de l'Alouette 2 F-GDHP - Photo © Aline PauchardIl y en a eu deux, puisque j’ai eu trois "vies". Le premier, c’est quand mon mari (de l’époque) m’a demandé d’arrêter de travailler. Je m’ennuyais à mourir à la maison, et voyais passer les hélicos de l’aéroport de Marseille, tout proche. J’ai voulu prendre des cours de pilotage, et j’ai tellement aimé ça que j’ai fini par devenir pilote professionnel, et monter ma société d’écoles de pilotage à travers le monde ! Le deuxième déclic, des années plus tard, a eu lieu quand j’ai cherché un foyer pour handicapés mentaux pour mon frère : il n’en existait aucun dans la région, et de nombreuses personnes en avaient besoin. J’ai décidé d’en créer un.

Ce qu’elle a osé
Aline en vol - Photo © Aline PauchardQuand je me suis pointée aux cours de pilotage avec mon look Bardot, bien sûr, les gars de l’armée ne m’ont pas prise au sérieux ! Mais ma détermination les a bluffés. Pour le foyer, ça a été une autre paire de manches, mais le même accueil : au Conseil Général de la région, ils ne pensaient pas que mon projet était sérieux. Mais j’ai tenu bon. Après des années d’enquête et de galère, mon foyer a enfin fini par voir le jour.

D’où ça vient
Photo © Aline PauchardPour l’hélico, ça n’a pas vraiment été une surprise : je n’avais jamais volé, mais j’étais déjà passionnée par les machines. Je faisais beaucoup de moto, conduisais des voitures de sport, me défoulais sur des parcours aux 24h du Mans ... Pour le foyer, c’est venu du besoin de voir mon frère vivre dans une structure adaptée, tout simplement.

Pourquoi ça a marché
Photo © Aline PauchardDans le cas du foyer, ça a marché parce qu’il manquait effectivement un foyer pour adultes handicapés mentaux dans la zone où je vivais, et qu’il y avait quelque chose à faire, des gens motivés, un réel besoin. L’hélico, c’est plus une question de passion : j’étais tellement accro et déterminée que je ne pouvais qu’y arriver. Bien sûr, j’avais alors la chance d’avoir les moyens pour le faire.

La trouille ?
Ready to take off - Photo © Aline PauchardPas vraiment. Quand on est passionnée, on a toujours des ailes. Et d’une manière générale, ce sont les circonstances de la vie qui ont mis ces changements de cap sur mon chemin. J’avais juste à les attraper.

Son conseil
A bord de l'AS-365C-3 Dauphin 3A-MJP d'HELI AIR MONACO - Photo © Aline PauchardLa vie est une succession de découvertes, de circonstances et de rencontres. Si l’on est attentif à ce qui se passe autour de nous, on peut saisir des inspirations et s’en nourrir. Je crois aussi au pouvoir de la détermination : quand on refuse de baisser les bras, qu’on s’accroche vraiment, ça finit forcément par mener quelque part. source

• Cliquez ici pour voir d’autre photos d’Aline.
• Cliquez ici pour visiter le site d’Aline.
Aline pauchard pose devant l'Alouette 2 F-GEHY - Photo © Aline Pauchard

Commenter cette brève Répondre à cette brève