Deux hélicoptères poids plume dans la cour des grands

Mardi 26 novembre 2013

Profitant du dynamisme du secteur aéronautique, le constructeur d’hélicoptères poids plume BHR voit gonfler son carnet de commandes
Daniel Michau devant le Fandango, appareil biplace de 700 kg destiné à un usage professionnel - Photo sudouest.frPascal Bernuchon a résisté aux sirènes de la délocalisation. Malgré des propositions chinoises et indiennes, le président-fondateur du groupe BHR Aircraft Corporation est resté fidèle au Pays basque en installant en début d’année son usine de fabrication d’hélicoptères à Technocité, le parc d’activités dédié à l’aéronautique, à Bayonne.

Avec ses partenaires Burdinberri de Vitoria-Gazteiz, société sous-traitante d’Airbus, et Mécabasque de Cambo-les-Bains, sous-traitante de Dassault, il a trouvé dans les 2 800 m2 de l’usine BHR-Helitechnica l’écrin idéal pour produire en série les deux poids plume nés de son imagination. Il y a tout d’abord le Mustang, appareil biplace ultraléger motorisé (ULM) de 450 kg. Le seul hélicoptère au monde fabriqué en matériau composite carbone kevlar. Son prix ? Seulement 149 500 euros HT. « Et un faible coût d’utilisation », assure Daniel Michau, à la fois directeur du développement à l’export et chef pilote au sein de la PME basque. Et son argument commercial est imparable : « L’heure de vol sur un Mustang, carburant compris revient à 100 euros ! »

« Une grande fiabilité »
Un argument qui commence à séduire les administrations, les sociétés de surveillance de lignes électriques ou de chemins de fer, en France mais aussi à l’étranger. Certains pays émergents s’intéressent à cet appareil pour leur douane, leur armée, leur police, leur transport sanitaire… Le Gabon propose même à BHR d’installer une usine d’assemblage dans sa capitale Libreville ! Une éventuelle porte ouverte sur le marché africain. « Les besoins de l’Afrique sont aujourd’hui estimés à 2000 hélicoptères » confie Daniel Michau.

Le Fandango est l’autre appareil biplace conçu par les six ingénieurs du bureau d’études de BHR. En attente de sa certification à l’échelle européenne pour un usage professionnel, cet hélicoptère de 700 kg n’est pas encore commercialisé. Il coûtera 190 000 euros. «  Nous repérons les niches inexploitées, poursuit Daniel Michau. Le Fandango, dont le concurrent direct vaut le double, n’est pas destiné à remplacer Eurocopter ! Mais il répond à un besoin d’entrée de gamme. »

Si BHR achète ses moteurs et ses instruments de bord, l’ensemble des appareils est produit à Bayonne. Pascal Bernuchon et ses dix-sept salariés travaillent également sur le projet d’un hélicoptère cargo six places à turbine, baptisé « Iboga », dont le prix tournerait autour de 800 000 euros. En attendant, le carnet de commandes gonfle. « Cela se présente bien, reconnaît Daniel Michau. Depuis le début de la phase de commercialisation, cet été, nous avons enregistré huit ventes fermes et dix autres en option pour le Mustang. On s’emploie à compenser notre jeunesse sur le marché, qui compte moins de dix fabricants dans le monde, par une grande fiabilité. Nous rentrons par la petite porte parce que nous sommes un petit constructeur et nous ne voulons écraser personne ! »

L’objectif est de produire trois Mustang par mois d’ici la fin 2014, puis cinq par la suite. (...) Lire la suite sur sudouest.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève