Strasbourg Sécurité civile : Vers la suppression de Dragon 67, hélicoptère de secours aux blessés ?

Mardi 9 avril 2013

Le personnel de la Sécurité civile s’inquiète pour l’avenir de la base hélicoptère de Strasbourg-Entzheim qui accueille Dragon 67. Le site pourrait être fermé dans les prochaines semaines.
Dragon 67 lors d'une récente intervention à Obernai. Photo – Photo archives DNAC’est le Syndicat du personnel navigant de l’aéronautique civile (SNPNAC) qui « tire la sonnette d’alarme ». Au début du mois d’avril, le chef du Groupement d’hélicoptères de la Sécurité civile aurait annoncé la fermeture de plusieurs bases, dont celle de Strasbourg.

« Une véritable omerta »
« On est encore dans le flou, explique Sylvain Dallant, pilote strasbourgeois membre du SNPNAC. Il n’y a eu aucune communication officielle. Nous restons dans l’attente des résultats des inspections qui sont menées. Mais il n’y a pas de fumée sans feu. ».
Sur les tarmacs, l’inquiétude grandit. Cinq autres sites seraient sur la sellette à Paris, Lyon, Marseille ou Bordeaux. « Ce qui fait mal, c’est que c’est une véritable omerta », dénonce Sylvain Dallant, qui juge « inadmissible que de telles décisions soient prises sans que personne ne soit alerté au plan local, ni au niveau politique, ni au niveau administratif ».
Le pilote strasbourgeois indique que le ministère de l’Intérieur serait tenté de fermer ces bases dans le cadre des « économies que l’Etat veut réaliser ». Mais il rappelle que Dragon 67 est largement sollicité, mais aussi plébiscité par la population. « On n’est pas les mains dans les poches », souligne Sylvain Dallant, qui met en avant « l’éthique » et « la philosophie du service public ». Source
...
Le Dragon 67 menacé ?
Le Syndicat national du personnel navigant de l’aéronautique civile (SNPNAC) a publié dimanche un communiqué dans lequel il s’inquiète du devenir de la base hélicoptère de Strasbourg de la Sécurité civile, qui accueille le Dragon 67. Selon le syndicat, l’annonce de sa fermeture aurait été faite dernièrement par le chef du groupement d’hélicoptères de la Sécurité civile, « mais elle n’a plus été relayée depuis, par quelque échelon administratif que ce soit ». Outre Strasbourg, cinq autres bases seraient menacées.
Le SNPNAC demande donc à l’administration de « s’expliquer sans délai » sur ces orientations « prises en l’absence totale de concertation ». Le syndicat rappelle dans le même temps que la base de Strasbourg a été « citée en exemple d’efficacité, car médicalisée à plein-temps depuis près de 40 ans ». Chaque année, le Dragon 67 effectue notamment entre 50 à 80 missions de secours à personnes dans le massif vosgien. Source

Cliquez ici pour lire le communiqué du SNPNAC.

Commenter cette brève Répondre à cette brève