Le premier hélicoptère dédié au secours à personne

Mardi 25 septembre 2012

Dans le cadre de la création de la base Sécurité civile à la Martinique, le « Dragon 972 » est arrivé hier par bateau et sera totalement opérationnel d’ici fin octobre pour assurer les missions de secours, aussi bien sur terre qu’en mer.
L'hélicoptère, arrivé sur un bateau Ro-Ro a été transporté par une grue sur le port de Fort-de-France avant d'être remonté sur place pour s'envoler vers sa base d'affectation, à l'ancien aérogare de l'aéroport du Lamentin.Le premier hélicoptère dédié au secours à personne a rejoint Fort-de-France hier, à 9h07, par la mer. Remis à neuf à Nîmes et embarqué au port du Havre, le « Dragon 972 », un EC 145 construit par Eurocopter en Allemagne sera l’un des moyens de la future base aérienne de la Sécurité civile en Martinique.
« C’est l’aboutissement de deux années de travail », se réjouit le lieutenant-colonel Philippe Sarron, chef d’Etat-Major de la zone Antilles. « La création de cette base aura deux pôles, un pour l’aéronautique avec l’hélicoptère, 3 pilotes et 3 mécaniciens et un, plus décalé, réservé au matériel qui concerne nos aléas : séisme, cyclones, sauvetage-déblaiement... ».
Le « dragon 972 » est donc le premier hélicoptère de la sécurité civile implanté en Martinique. Sa mission principale consiste à porter secours, aussi bien sur terre qu’en mer. « C’est un vecteur supplémentaire dans le secours à personne », indique Denis Vuillemin, pilote et chef de la future base. « Il répond aux besoins en la matière grâce à sa capacité de treuillage, sa rapidité d’intervention et sa portée d’environ 150 nautique (300 kilomètres) ».

Un vecteur complémentaire
Contrairement à la Guadeloupe qui dispose de sa propre base sécurité civile depuis plusieurs années, les missions de secours étaient jusqu’ici assurées par l’armée et surtout par l’hélicoptère de la gendarmerie, sans que que cela ne constitue leur vocation première. Avec le départ de l’armée de l’air, ne restait plus que la gendarmerie.
« Elle va poursuivre sa mission principale qui est une mission de police et nous, assurerons celle du secours. Mais, lorsque l’un des deux engins sera indisponible, chacun pourra prendre le relais de l’autre. Cela permettra d’avoir une couverture 24h/24 pour les missions de police et les missions de secours », indique Denis Vuillemin.
Après les vols d’entraînement, le « Dragon 972 » devrait être opérationnel fin octobre. Le temps pour les équipes de la Sécurité civile de peaufiner leurs automatismes avec les plongeurs et le Groupe Régional d’Intervention en Milieu Périlleux des Pompiers, les plongeurs de la gendarmerie et les équipes médicales du SAMU. (...) Lire la suite sur martinique.franceantilles.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève