Paris dans les nuages

Jeudi 2 août 2012

Paris en hélicoptère, pour ne rien rater de la plus belle ville du monde - Photo © AviaxessAprès tout, Paris est la plus belle ville du monde. Depuis le ciel, c’est forcément fantastique. S’il est effectivement interdit de survoler Paris (sauf rares exceptions), la compagnie Aviaxess propose au grand public un tour en hélicoptère qui permet tout de même d’observer la plupart des monuments parisiens : la tour Eiffel, la Seine et ses ponts, les Grands Boulevards... et Versailles ! Le voyage commence sur l’héliport du 15e arrondissement de Paris, puis l’hélicoptère longe la Seine jusqu’au château.

"L’hélicoptère présente un véritable avantage par rapport à un petit avion", explique Pascale Nizet, de Aviaxess. "Dans le C130-B4, un modèle haut de gamme, vous êtes dans une grande bulle, avec quasiment les pieds dans le vide et un vrai panorama." Entre l’aller et le retour, une pause de une heure est obligatoire. Frédéric Aguettant, directeur d’Aviaxess, en a fait un moment de pédagogie : "Nos vols sont plus qu’une belle balade. Nous attachons beaucoup d’importance à transmettre notre passion. Nos pilotes ne manquent pas de rappeler qu’Henri Farman, en 1908, boucla le premier kilomètre en circuit fermé, là même où nous embarquons nos passagers."

Démocratiser le vol en hélico
Historiquement, Aviaxess est une compagnie aérienne spécialisée dans le transport d’affaires. "Nous avons donc repensé le vol de découverte en hélicoptère, en l’entourant des services issus du vol d’affaires", ajoute Frédéric Aguettant. Elle est là, l’idée.

Il faut démocratiser le vol en hélicoptère, et pour ça, il faut s’inspirer des autres offres de tourisme, comme le bus ou les bateaux sur la Seine. Il faut offrir un accès à l’aviation au plus grand nombre, à tous les touristes et aux familles. Résultat, un prix abordable, puisqu’on peut faire ses premières balades en hélicoptère à partir de 99 euros. Après des phases de test en 2011 et 2012, les réservations décollent cet été. (...) Lire la suite sur lepoint.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève