Renzo Sguera dans la peau de Supercopter

Jeudi 12 juillet 2012

Renzo Sguera est passionné par les petits avions, il vole avec ses amis de l'aéro-club de Villette. Récemment, il a construit lui-même son propre hélicoptère-ULM nouvelle Classe 6 - Photo Samuel MOREAUIl est le premier en France à avoir réussi à faire homologuer et immatriculer son hélicoptère-ULM Nouvelle Classe 6. Renzo Sguera a construit son appareil en moins d’un an. Une prouesse pour ce passionné d’aviation.
« C’est vrai que c’est un projet un peu fou. Mais construire son propre hélicoptère, c’est quelque chose d’incroyable ! » Renzo Sguera, concessionnaire automobile à Longwy, est de ceux qui aiment mettre les mains dans le cambouis pour relever des défis. Après avoir passé six ans à voler à bord de petits avions à l’aéro-club de Villette, près de Longuyon, cet ancien carrossier recherchait d’autres sensations. C’est en feuilletant un livre sur les ULM et les hélicoptères qu’il a découvert qu’il pouvait donner vie à sa propre machine, un Mosquito. « J’y ai beaucoup réfléchi et c’est en allant voir un hélico chez un pilote demeurant à Spa en Belgique que j’ai craqué. » Quelques mois plus tard, Renzo Sguera fait venir son joujou en kit du Canada. Et là, surprise !

Libre comme l’air
Le Longovicien ne découvre que des pièces préformées et des plans sommaires. Pas facile pour un novice de s’y retrouver. « En fait, il ne suffisait pas de raccorder les morceaux, il a fallu les façonner et parfois j’ai dû réaliser des pièces moi-même, comme la porte, les charnières, le faisceau électrique, le tableau de bord. » Retranché dans une pièce entièrement dévolue à sa passion, Renzo Sguera a choyé son bébé pendant des mois. « En rentrant du travail, je passais bien quatre-cinq heures le soir sur mon hélico. J’avais tellement envie de réussir !Il m’a fallu 650 heures pour monter cette machine, explique-t-il fièrement. Mes copains de l’aéro-club de Villette m’ont soutenu. Il faut dire qu’on est une bonne équipe et le comité assure. Il s’est donné à fond pour sauver un club qui allait fermer ses portes. Je n’aime pas trop parler de moi et de ce que je fais, mais si cela permet de faire rayonner l’aéro-club, alors pourquoi pas ? »
« Entre-temps, j’ai eu la chance de suivre une formation expérimentale qui m’a permis d’obtenir le brevet Classe 6. Nous étions une dizaine dans toute la France à suivre ce cursus en compagnie de quatre instructeurs. » Renzo Sguera a décroché ses examens après une année d’études assidues. Mais la plus grande satisfaction de ce jeune pilote a été de tester son appareil, une fois diplômé. « Je suis allé dans un champ privé avec des amis et il a fallu que je me lance. J’avoue avoir eu très peur au début, car je ne maîtrisais pas l’engin. J’ai même beaucoup transpiré, c’était quitte ou double, soit je m’écrasais, soit ça marchait ! Et tout s’est bien passé, dans la foulée, j’ai payé le champagne à tout le monde. »
L’hélicoptère a été homologué et immatriculé il y a un mois. « C’est le premier hélicoptère homologué nouvelle Classe 6. Maintenant, je peux voler un peu partout, mais je n’ai qu’une autonomie de deux heures… C’est un peu mon jouet ! » Alors pour les choses sérieuses, Renzo Sguera compte sur son ULM, le fidèle compagnon de ses escapades… « Je reviens de Corse, on est descendu dans le Sud avec un copain avec nos avions et puis on a fait un petit tour sur l’Île de beauté par Calvi et Propriano. C’était super ! J’ai déjà d’autres projets comme faire le tour de l’Europe en ULM… (...) Lire la suite sur republicain-lorrain.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève