« Supercopter », c’est pour de vrai !

Mardi 10 juillet 2012

L’acteur Ernest Borgnine vient de mourir à 95 ans. Il interprétait Dominic dans la série « Supercopter » dont la technologie semblait bien futuriste dans les années 80. Le casque à réalité augmentée « TopOwl » a pourtant rattrapé la fiction : il équipe aujourd’hui les pilotes des hélicoptères de combat.
Le casque de pilote d'hélicoptère "TopOwl" fabriqué par Thales - Photo ©LMOREAU PACAPICTURES THALESDans la série « Supercopter » (« Airwolf » en V.O .), les héros utilisaient des casques dont la visière servait d’écran de projection. Feu Ernest Borgnine et ses acolytes avaient ainsi constamment sous les yeux toutes les données nécessaires au pilotage de leur joujou. A l’époque des premières diffusions de « Supercopter » (en 1986 en France), c’était de la SF la plus débridée.

Mais la technologie de « Supercopter » n’a plus rien à envier à celle des hélicoptères de chasse d’aujourd’hui. Voyez ce casque pour pilote des hélicoptères de combat. Son nom : « TopOwl ». Comme dans la série américaine, la visière fait office d’écran de projection où apparaissent les paramètres du vol, l’état des équipements et notamment des armes. Le pilote peut y accéder à une vision nocturne, en visualisant les images prises par une caméra infrarouge. L’ensemble pèse 2,2 kilos : c’est assez léger pour ne pas ficher la migraine aux pilotes.

« TopOwl » est fabriqué par le groupe Thales qui en a livré plus de 400 aux armées de différents pays. Derniers en date, les pilotes espagnols du Tigre, l’hélicoptère de combat européen, en sont désormais pourvus. Le géant de l’électronique estime que l’emploi de « TopOwl » va se généraliser : Thales table sur une diffusion de 1500 exemplaires dans les 15 dernières années. « Supercopter » n’a pas fini de faire des petits.

Commenter cette brève Répondre à cette brève