Un hélico comme pour de vrai

Mercredi 20 juin 2012

En service depuis quelques semaines, le simulateur de vol d’Héli-Union, unique en Europe, a été inauguré officiellement hier. Il doit aider à atteindre environ 600 stagiaires en formation par an.
 Elus et officiels ont été invités à monter dans le simulateur - Photo charentelibre.frCertains élèves nous demandent s’il est possible de disposer de week-ends dans la région. Je vais donc me rapprocher de l’office de tourisme.

Plus fort que toutes les consoles de jeu réunies ! Nom de code : FFS/FSTD N3. Le nouveau simulateur de vol en hélicoptère en service depuis quelques semaines dans les locaux de l’école de pilotage Héli-Union à l’aéroport de Champniers, pourrait être pris comme un énorme jouet. Mais c’est tout sauf ça !

Tant pis si l’engin conçu par Thalès et Eurocopter s’est fait attendre pendant un an. « Il n’en existe qu’un seul en Europe et deux dans le monde avec celui de Singapour », insiste Thierry Festucci, le directeur d’Héli-Union Training Center, la société implantée sur l’aéroport d’Angoulême-Cognac depuis 2002.

A l’intérieur, on se croirait pourtant au manche d’un jeu vidéo géant, à taille entièrement humaine, lorsque défilent les côtes, puis la mer jusqu’à une plateforme pétrolière au large. Un petit bijou de technologie qui a coûté « pas tout à fait six millions d’euros », précise Thierry Festucci, devant le parterre d’officiels et d’élus, réunis hier en fin de matinée pour inaugurer ce nouvel outil de travail.

S’il a coûté un peu moins que les 7 millions d’euros annoncés par Héli-Union lors de sa commande en 2009, il a été en partie financé grâce à des prêts réalisés auprès de banques locales.

« Ce simulateur va permettre de former de nouveaux pilotes ou de faire passer leur maintien de compétence à ceux qui sont déjà aux commandes de l’un des 13 hélicoptères Dauphin N3 d’Héli-Union », ajoute le directeur du site, devant le PDG de l’entreprise, Jean-Christophe Schmitt. Les Dauphin N3 de la société permettent de transporter une dizaine de personnes et interviennent pour le compte de compagnies pétrolières sur leurs plateformes, que ce soit en Argentine, en Lybie, en Afrique de l’Ouest et même en Malaisie, où sont situées les bases opérationnelles d’Héli-Union.

Un atout pour l’économie locale
Ce nouvel équipement devrait permettre au training center d’accroître sensiblement son activité et son chiffre d’affaires. Il y a deux ans, l’entreprise a réalisé un chiffre d’affaire de 1,66 million, avec huit salariés. « Nous espérons atteindre 4,82 millions dans trois ans, avec 18 salariés contre 16 actuellement », a pronostiqué Thierry Festucci devant les élus et la préfète, Danielle Polvé-Montmasson.

On comprend donc aisément pourquoi le Syndicat mixte des aéroports de la Charente (Smac) n’a pas hésité à investir 2,5 millions dans l’agrandissement des locaux de Champniers dont la filiale d’Héli-Union est locataire, comme l’a rappelé hier la présidente de la structure, la sénatrice Nicole Bonnefoy.

Ces travaux ont été confiés par la SAEML Territoires-Charente, maître d’oeuvre, à une vingtaine d’entreprises de la région, « dont seize de Charente », n’a pas manqué de rappeler Cécile Barreau-Marcelle, de Territoires-Charente, qui a assuré le suivi du chantier. (...) Lire la suite sur charentelibre.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève