Hélinéo, prêt à s’envoler !

Mardi 20 mars 2012

Cet hélico lui trotte dans la tête depuis pas mal de temps. En ce début de mois de mars, Thierry André voit son rêve s’inscrire dans la réalité. Dans le hangar fret de l’aéroport régional Metz Nancy Lorraine, Hélinéo est là. Tout blanc, tout neuf, tout beau.
A 128, Chambley… aéroport régional Metz Nancy Lorraine. Après quelques zones de turbulences, l’hélicoptère Hélinéo a finalement atterri dans le hangar fret de l’aéroport. Vide depuis 2006, ce dernier abritait autrefois DHL et La Poste. Il sera désormais consacré au développement de cet hélicoptère. « C’est un projet un peu fou », reconnaît Thierry André. « Quand je l’ai imaginé, je n’avais pas beaucoup de soutien et d’échos », poursuit le président d’Heli Air design. L’homme est tombé dans l’aéronautique quand il était tout petit. Cette passion se partage avec celle qu’il entretient pour la mécanique. Avec Hélinéo, il a réussi à conjuguer les deux. L’aventure a démarré en 2006. Mais depuis 2009, c’est l’accélération. « On y travaille jour et nuit, 200 heures par semaine », raconte Thierry André. Le tout en temps que bénévole et en parallèle de son activité à la tête de l’entreprise Serolor à Florange.

D’où l’émotion de voir Hélinéo passer du stade du projet au concret. Cet appareil, Thierry André, l’a souhaité novateur. Les deux pales classiques d’un hélicoptère se comptent ici au nombre de trois. Elles sont associées à un moteur turbine et non à pistons comme habituellement. L’alliance des deux crée une technologie nouvelle et plus facile d’accès. Certes la réalisation est plus compliquée mais le pilotage facilité. « La qualité de vol est plus simple, l’appareil plus léger », reconnaît Stéphane Lignier. Le pilote d’essai a la lourde tâche de tester l’appareil. 5600 heures de vol à son actif, une carrière de 20 ans dans l’armée de l’air, l’expérience est solide. Jusqu’ici, il n’a effectué que des essais au sol avec Hélinéo. Viendra ensuite le décollage pour obtenir les certifications qui permettront d’installer l’hélicoptère sur le marché. « Il faut y aller étape après étape comme pour les grands groupes industriels », explique Stéphane Ligier. Le pilote est bien heureux d’avoir un rôle dans cette aventure. Il a fait ses études de maths sup/maths spé à Nancy il y a 20 ans. « La boucle est bouclée ». Si les essais sont validés, la prochaine étape sera le premier vol prévu pour le premier semestre 2012 suivi de l’assemblage pour fin 2012/début 2013. Les premières estimations fixent la quantité de production 10 à 15 appareils par an. Concernant le financement, Thierry André annonce avoir levé 1,5 million d’euros provenant d’investisseurs privés. La région a apporté 120 000 euros au projet.

75 intentions d’achat
Pour la commercialisation, Thierry André est confiant. Lors de sa participation au salon du Bourget en 2011, l’enthousiasme autour d’Hélinéo l’a surpris et rassuré. « Il suscite de l’intérêt sans qu’il ne vole. Nous avons établi 600 à 700 contacts et reçu 75 intentions d’achat », se réjouit Thierry André. L’appareil pourrait séduire les acheteurs privés mais aussi les écoles de pilotage et l’armée. Son prix d’achat est fixé à 250 000 euros, clé en main, 200 000 euros en kit. (...) Lire la suite sur lasemaine.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève