Technocité : base d’envol pour BHR-Hélitechnica

Vendredi 16 mars 2012

La société produira le Fandango et le Mustang, deux hélicoptères ultralégers, dans sa future usine implantée sur le site intercommunal ; première pierre hier.
Le Fandango F360 (à gauche) et le Mustang F260, exposés sur le futur site de BHR-Hélitechnica - Photo JD ChopinLe retard d’Alain Rousset, le président socialiste du Conseil régional, de près d’une heure, a laissé tout le loisir d’examiner les deux hélicoptères exposés, hier, sur le site de la Technocité, à Bayonne. Le Fandango et le Mustang, les deux modèles d’appareils ultralégers développés par la société BHR Aircraft.

Celle-ci, associée à Hélitechnica, notamment pour le volet immobilier du projet (mais aussi la conception, fabrication des composites et commercialisation), implantera son usine sur le site de l’Agglomération Côte basque-Adour (Acba) dédié aux activités aéronautiques.

Hier, les acteurs industriels et institutionnels (1) de ce dessein étaient réunis pour symboliquement jouer de la truelle et poser la première pierre de l’unité projetée. Les vrais maçons entreront très vite en action, pour une livraison espérée à la rentrée 2012.

De 15 à 25 emplois
L’investissement initial (2 455 m2 de foncier compris, pour un bâtiment de 1 800 m2, hors équipements) se monte à environ 2,6 millions d’euros, selon Philippe Lapègue, président d’Hélitechnica. « Cela n’a pas été forcément simple, mais une banque nous a suivis, plus un peu de fonds propres et le soutien institutionnel. » La Région a voté une aide de 1 million d’euros, dont l’entreprise a déjà perçu une partie.

À la Technocité, BHR va en réalité déplacer son activité, pour quelques mois encore installée dans la zone de Maignon, à Anglet. Son fondateur et patron, Pascal Bernuchon, décrit les perspectives : « Nous avons, pour l’heure, 15 emplois, mais nous espérons, à l’horizon d’un an et demi, passer à 25. Sur ce nouveau site, nous allons installer notre bureau d’études, la production composite, l’assemblage des nouveaux hélicoptères. »

Une jeune société
Cette installation constitue une étape importante dans le parcours d’une société encore jeune : BHR Aircraft existe depuis moins de six ans. L’œuvre de Pascal Bernuchon, ancien pilote d’avions et hélicoptères nourri aux récits de Jules Verne, dont il revendique volontiers la référence.

Il développe donc des modèles d’hélicoptères légers, presque entièrement construits en composite de carbone. « Le Fandango, c’est notre premier projet. On y travaille depuis cinq ans. » 420 kilos pour une vitesse de pointe de 180 kilomètres-heure et un coût de 180 000 euros, ce biplace vise le marché professionnel. « C’est notamment celui des structures d’apprentissage du pilotage. »

BHR attend la certification du Fandango par les autorités aéronautiques espagnoles. L’Espagne où moins de chicanes administratives sont à négocier et où la société française trouve aussi un savoir-faire industriel pour ses produits. « Nous n’avons pas la capacité ici de produire tous nos hélicoptères. Nous travaillons avec une entreprise de Vitoria. »

Les particuliers visés
Le Mustang, c’est le petit frère du Fandango. Développé en toute discrétion, il s’adresse à « tout le monde, pourquoi pas vous ». En tout cas, quiconque peut dépenser 145 000 euros pour s’offrir son aéronef. Seulement 280 kilos, il peut se piloter sans licence, avec une simple formation : « C’est exactement comme un ULM. Il s’adresse au plus large public possible, notamment des particuliers. Il y a une demande de plus en plus forte pour ce type d’engins. On le destine notamment aux jeunes, il va permettre une heure de vol à 80 euros. » (...) Lire la suite sur sudouest.fr

Commenter cette brève Répondre à cette brève